Plus de deux ans après les émeutes des banlieues, à l'automne 2005, M. Sarkozy a prévu de présenter un plan, qu'il qualifiait début janvier d'"extrêmement ambitieux", axé sur "les droits et devoirs" qu'il revient à chacun de respecter.
Plus de deux ans après les émeutes des banlieues, à l'automne 2005, M. Sarkozy a prévu de présenter un plan, qu'il qualifiait début janvier d'"extrêmement ambitieux", axé sur "les droits et devoirs" qu'il revient à chacun de respecter. — Fred Dufour AFP/Archives

REPORTAGE

Une cité fantôme va disparaître du paysage de Vaulx-en-Velin

458 logements vidés depuis 2008 vont être démolis à l’explosif vendredi...

Les immeubles désossés du quartier Pré de l’Herpe, à Vaulx-en-Velin, donnent l’impression d’une cité fantôme. Comme abandonnés après un dramatique évènement. Vendredi matin, cet ensemble va être démoli par implosion dans le cadre du renouvellement urbain de la ville. En sept secondes précisément. Des grands tissus blancs protègent les étages où les explosifs vont être déposés, ce qui évitera la projection de débris au moment du tir. Un périmètre de 200m sera instauré.

Ce mercredi, la destruction de ces 458 appartements vidés de leurs occupants depuis la fin 2008 était l’un des sujets principaux de discussion. A commencer par les élèves du lycée Robert-Doisneau, situé non loin de l’ensemble construit dans les années 1970, comme dans de nombreuses banlieues françaises.

«Comme un jeu de dominos qui s’effondre»

Leïla, 16 ans, en 1ère scientifique, a grandi avec ce paysage. «Je veux à tout prix voir la démolition, même si j’ai cours. C’est important pour moi, témoigne la jeune fille. Il y a beaucoup de classes qui ont demandé à leurs profs de pouvoir y assister.» Elle explique avoir déjà vu l’explosion d’une première tour en 2004, à Vaulx-en-Velin. «Il y avait énormément de monde. Et ça risque d’être la même chose vendredi!»

Sofiane, lycéen également, se réjouit de cette destruction qui aura «l’effet d’un jeu de dominos qui s’écroule» selon lui. «A la place, il y aura un centre commercial super moderne. Ce sera un quartier nouveau. Lorsqu’on dira qu’on va en centre-ville, ce sera celui de Vaulx-en-Velin, et non celui de Lyon!» En face de la cité fantôme, de nouveaux petits immeubles tout neuf avec commerces au rez-de-chaussée ont déjà poussé comme des champignons.

Le relogement des familles a duré quatre ans

En octobre 1990, cette commune de la banlieue est de Lyon, dans le Rhône, avait été marquée par de violentes émeutes dans le quartier du Mas du Taureau après la mort controversée d’un jeune homme percuté en moto par la police. Le quartier Pré de l’Herpe fait le lien entre le cœur de la ville et le Mas-du-Taureau.

«Il faut du renouvellement, assure un Serge Freteau, voisin des immeubles concernés par la démolition depuis les années 1980. Ca va restructurer la ville.» Il regrette cependant que ces « beaux appartements ne servent pas aux plus démunis.»

>> A venir, une vidéo sur les immeubles en voie de démolition

Le relogement des familles a duré de 2004 à fin 2008. Aujourd’hui, ce sont 400 autres logements au Mas-du-Taureau qui doivent être vidés pour être également détruits.