Des profs en colère occupent leur lycée de nuit

EDUCATION Près de 40% des professeurs de la cité scolaire Sembat-Seguin à Vénissieux ont décidé de veiller jusqu'à 23h30 ce lundi soir pour protester contre les réformes des lycées...

C.B.

— 

Ils s’échauffent pour le mouvement de grève national de mardi. Une partie des personnels du lycée Marcel-Sembat et du lycée professionnel Marc-Seguin de Vénissieux, dans le Rhône, occupent depuis 18 h ce lundi «de façon bon enfant» leurs établissements pour dénoncer les suppressions de postes dans l’enseignement secondaire et les réformes du lycée.

«Ceci n’est qu’une suite du mouvement de grève dans l’Education nationale le 12 mars dernier, explique Olivier Champoussin, professeur du lycée pro Seguin et membre du syndicat CGT Educ’ Rhône. Nous sommes contre la fermeture des CAP et donc de la mise à la rue de nombreux lycéens en difficulté, contre le bac professionnel en trois ans et contre le manque de moyens chronique dans les établissements. Le suivi du lycéen n’en sera qu’affecté. Et l’enseignement de moins bonne qualité.»

Les parents invités à échanger sur les réformes

Les professeurs qui occupent la cité, près de 40 sur 120, selon Olivier Champoussin, ont invité les parents d’élèves à venir discuter avec eux des réformes et leur expliquer leur mécontentement, «tout en mangeant un morceau».

«C’est difficile de communiquer avec les parents des lycéens, surtout dans les zones d’éducation prioritaires. On espère que quelques-uns viendront», précise le syndicaliste.

Dans cette cité scolaire, qui accueille quelque 940 élèves, quatre postes ont été supprimés cette année, selon les professeurs. «Il y a une perte de sérénité dans notre travail. Le taux d’encadrement adulte/élève diminue sans cesse et nous craignons une recrudescence des difficultés pour les élèves», témoigne Olivier Champoussin.