Les wagons lits condamnés pour discrimination raciale

— 

La compagnie des wagons lits épinglée pour discrimination raciale à l'évolution de carrière. Cette filiale d'Accor, spécialisée dans la restauration à bord des trains, a été condamnée hier par le conseil des prud'hommes de Lyon à verser 50 000 € de rattrapage de salaires et 6 000 € de dommages et intérêts à l'un de ses anciens salariés. Ce dernier, d'origine togolaise, avait porté plainte après avoir stagné au même poste pendant quatorze ans. Malgré l'obtention de cinq diplômes de comptabilité et finances, ce salarié, entré en 1990 dans la boîte comme manutentionnaire, était passé puis resté agent d'accueil.
Dans le même temps, d'autres employés moins diplômés avaient été promus au statut de cadre. Le plaignant avait alors demandé devant les prud'hommes 155 000 € de dommages et intérêts, équivalant, selon lui, au rattrapage sur huit ans des 1 500 € de différence entre son salaire et celui d'un de ses collègues promus. « Ce procès rappelle l'urgence de mettre en place un cadre légal contraignant afin d'assurer la transparence et l'objectivité de la gestion des ressources humaines des entreprises, en y intégrant des mesures de lutte contre les discriminations », a estimé hier SOS Racisme. L'association, partie civile dans ce dossier, a obtenu 1 000 € de dommages et intérêts.