Europe écologie se rapproche de Queyranne

REGIONALES Un sondage donne la gauche gagnante en Rhône-Alpes et note la percée des écologistes...

Frédéric Crouzet

— 

Et si Europe Ecologie dépassait le PS lors du premier tour des élections régionales en Rhône-Alpes le 14 mars? Depuis mardi, les écologistes emmenés par Philippe Meirieu croient un peu plus à ce scénario, qui s'était déjà produit lors des élections européennes de 2009. Le sondage TNS-Sofres publié par France Bleu, Le Progrès et Le Dauphiné libéré crédite désormais la liste Europe Ecologie de 21% d'intentions de vote, juste derrière le président sortant socialiste Jean-Jack Queyranne (25%) et l'UMP Françoise Grossetête (28%).

Le PS appelle à « voter utile »

«C'est un score très important pour nous. Nous pouvons être devant le Parti socialiste. Maintenant, j'en suis convaincu», estime le pédagogue Philippe Meirieu, qui entend poursuivre son action pour «convaincre les abstentionnistes». En attendant les résultats du 14 mars, la perspective d'un écart de voix minime entre les deux listes risque de compliquer la donne et notamment les négociations d'alliance du second tour. «Il n'y aura plus d'hégémonie du PS mais deux partenaires à parité», prédit Philippe Meirieu, qui a entretenu des rapports tendus avec Jean-Jack Queyranne au début de la campagne.

Le chef de file de la liste PS-PRg répliquait volontiers en mettant l'accent sur l'amateurisme du nouveau leader régional d'Europe Ecologie. Jean-Jack Queyranne, assuré selon ce sondage de retrouver son fauteuil au second tour dans tous les cas de figure (face à l'UMP, lors d'une triangulaire avec le FN), a cependant cru bon lundi soir d'appeler à «voter utile». Il espère toujours devancer l'UMP le 14 mars. Et fait mine de ne pas s'inquiéter de la progression d'Europe Ecologie dans les sondages. Il vient cependant d'effectuer une demande plutôt étonnante au CSA : déprogrammer l'émission «Ushuaïa» consacrée à l'Islande, prévue samedi soir sur TF1, au motif à peine voilé qu'elle pourrait avantager le vote écolo, comme le film Home en 2009. Un aveu d'inquiétude?

Notoriété

Derrière l'UMP, le PS et Europe Ecologie, aucune liste n'atteindrait le seuil fatidique des 10 % pour se maintenir au second tour, selon le sondage TNS-Sofres. Le Front national n'est crédité que de 8% des intentions de vote (la liste de Bruno Gollnisch avait obtenu 18 % des suffrages en 2004). En dépassant la barre des 5 %, la liste du MoDem emmenée par Azouz Begag (7 %) et celles du Front de gauche (6 %) seraient susceptibles de fusionner avec la liste de gauche arrivée en tête.