le collège Barbusse se rebelle

Elisa Frisullo

— 

Le collège Henri-Barbusse se joint à la grogne contre les dotations horaires globales prévues pour la rentrée. Après le lycée professionnel Pablo-Picasso (Givors) le mois passé, et le collège Eluard (Vénissieux) jeudi dernier, les enseignants de ce collège vaudais sont à leur tour en grève depuis lundi. Hier, ils se sont rassemblés devant l'inspection académique pour demander le maintien de leurs heures d'enseignement. « L'inspection doit récupérer 44 postes dans le second degré. Elle gratte partout, notamment dans les collèges de banlieue, jusqu'alors plutôt épargnés », indique Denis Pourrat, prof de français à Barbusse.

Le principal séquestré une heure
En septembre, 50 heures de cours devraient disparaître dans ce collège pourtant classé ambition-réussite. Un signe de « mépris » pour les enseignants, qui, en dix ans, ont fait passer le taux de réussite au brevet de 40 à 80 %, en mettant en place divers dispositifs d'aide aux élèves. La plupart de ces heures d'encadrement et de soutien scolaires sont menacées. Pour faire réagir l'inspection académique, les grévistes ont séquestré leur proviseur pendant une heure hier. L'action a porté ses fruits. Des délégués de l'inspection doivent se rendre demain au collège pour discuter avec les personnels. D'ici là, la grève continue.

rassemblement

Le Snes appelle à une mobilisation, aujourd'hui, à 14 h 30, devant l'inspection académique contre les réformes du lycée et de la formation des maîtres.