l'avenir de la maternité en débat

Élisa Frisullo

— 

Le devenir de l'ancienne clinique Monplaisir suscite la polémique dans le 8e ar­rondissement. Ces bâtiments, mis depuis janvier à la disposition de l'association Régis pour accueillir les SDF le temps de la période hivernale, pourraient être reconvertis en foyer pérenne. L'Opac du Rhône s'est en effet porté candidat au rachat de l'ancienne maternité appartenant au groupe hospitalier Noalys. Le site serait géré par l'association Régis, dont les locaux provisoires de Perrache doivent fermer le 31 mars. « Il y aurait 60 lits pour les sans-abri et des logements étudiants », précise Jérôme Colrat, directeur de l'association.

Le 8e compte déjà six foyers
Ce projet, soutenu par l'Etat, a retenu l'attention de Noalys, pourtant sollicité par une douzaine d'acheteurs. « C'est loin d'être l'offre la plus élevée, indique Jean-Loup Durousset, président du groupe. Mais elle est intéressante, car nous savons qu'il y a, à Lyon, des problèmes de logements à caractère ­social », poursuit-il, soucieux de vendre la clinique d'ici à la fin mars. Mais cette échéance pourrait être retardée, le temps que l'Opac du Rhône mette fin à la grogne de certains élus locaux et rive­rains opposés au projet. Le conseiller général du 12e canton, Louis Pelaez (PRG), a demandé au président de l'Opac, Michel Mercier, de suspendre le programme, monté selon lui en ­« catimini ». « Ce canton a le taux de logements sociaux le plus élevé de la région (35 %) », indi­que t-il. « Le 8e compte déjà six foyers, dont un situé à côté de la clinique », ajoute Gérard Faivre, président du comité d'intérêt local (CIL) de Monplaisir. Après concertation, les riverains membres du CIL se sont prononcés contre cette reconversion.