Jean-Jack Queyranne: «Etre devant l'UMP pour donner une leçon à la droite»

REGIONALES Selon le président socialiste sortant de la région Rhône-Alpes, l'UMP n'y croit pas...

F.C.

— 

Le président sortant de la région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne (PS), participait hier à l'enregistrement de l'émission «Droit de citer» sur RCF, en partenariat avec 20 Minutes, diffusée ce soir à 18h15 (FM 88.4).

Alors que les sondages donnent la droite en tête devant le PS au premier tour du 14 mars, l'ancien ministre du gouvernement Jospin a notamment affirmé qu'il souhaitait voir sa liste arriver «devant l'UMP pour donner une bonne leçon à la droite». Selon lui, «l'UMP ne croit pas à la région. Mon adversaire, Françoise Grossetête, ne parle que de mon bilan. Mais dans son programme, il n'y a pas une proposition qui soit une avancée pour la région».

Au second tour, un grand arc-en-ciel

Il veut opposer à la majorité présidentielle une liste «ouverte, pas restreinte au PS, un petit arc-en-ciel», où figurent par exemple des écologistes ou le maire du Grand-Bornand (Haute-Savoie), membre du Parti radical, affilié à l'UMP. «Ce n'est pas une politique d'ouverture comme le fait Nicolas Sarkozy, par nomination. Ce maire va affronter le suffrage universel», s'est défendu Jean-Jack Queyranne.

Au second tour, il souhaite un «grand arc-en-ciel» en ouvrant sa liste au MoDem, au Front de gauche et à Europe Ecologie. «Tout le monde à sa place et il n'y a pas d'exclusive. Des hommes et des femmes peuvent se retrouver pour gérer un projet régional et pour s'opposer à une politique gouvernementale.»
 

>> Retrouvez notre dossier des régionales par ici.