Explosion cours Lafayette: Roche et Véolia mises en examen à leur tour

JUSTICE L'instruction devrait s'achever dans les prochaines semaines...

Elisa Frisullo

— 

Explosion de gaz cours Lafayette à Lyon, jeudi 28 février 2008
Explosion de gaz cours Lafayette à Lyon, jeudi 28 février 2008 — FREDERIC CROUZET / 20MINUTES
Près de deux ans après la tragique explosion au gaz du cours Lafayette (3e), l’instruction pour «homicide et blessures involontaires» a franchi une nouvelle étape. Selon nos informations, l’entreprise de travaux publics Roche et Véolia, entendues l’an passé en qualité de «témoins assistés» ont été mises en examen le 15 décembre. «Toutes les parties sont désormais mises en cause», a indiqué lundi Vincent Delattre, président des sinistrés du cours Lafayette. Dans ce dossier, en effet, Gaz réseau distribution de France (GRDF), filiale de GDF, et l’entreprise de BTP Gauthey ont été mises en examen en mars 2009. Soit un an après l’explosion qui, le 28 février 2008, a coûté la vie à un pompier et blessé une vingtaine de personnes.
 
 «Le juge d’instruction a décidé de laisser la justice trancher»
 
Dès la première expertise rendue aux juges d’instruction lyonnais en octobre 2008, GRDF avait été mis en cause. L’entreprise aurait attendu une heure après le drame avant de stopper l’alimentation en gaz du quartier. La responsabilité de la société Gauthey avait ensuite été évoquée lors d’investigations portant sur des travaux menés en 2003 sur les canalisations du 117 cours Lafayette, éventré lors du sinistre. «Il semblerait qu’à l’époque, Gauthey n’ait pas remis les conduites à leurs places, laissant aux entreprises intervenant après une cartographie inexacte des sols», expliquait l’an passé Vincent Delattre.
 
La société Roche, qui ce 28 février 2008 avait percé une conduite de gaz en remplaçant une canalisation d’eau pour le compte de Véolia, avait alors été mise hors de cause. «Il n’y a pas eu d’éléments nouveaux depuis l’an passé, précise Antoine Azzarone, directeur juridique Centre-Est chez Véolia. Mais le juge d’instruction n’ayant pas d’éléments probants pour savoir ce qui s’est réellement passé, a décidé de mettre les quatre parties en examen. Le tribunal tranchera». L’instruction devrait s’achever dans les prochaines semaines.