« Une vice-présidence ? C'est ce qui est prévu »

Recueilli par Frédéric Crouzet

— 

Nouvelle ­carrière pour Gwendal ­Peizerat. A 37 ans,

le champion ­olympique

de danse sur glace en 2002, reconverti en chef d'entreprise, se lance dans la politique. Il se présente en septième position dans le Rhône, sur la liste PS du président sortant Jean-Jack Queyranne, à l'occasion des élections régionales des 14 et 21 mars.

Pourquoi vous engagez-vous en politique ?

Jean-Jack Queyranne m'avait déjà fait la demande en 2004. Mais je venais de créer mon entreprise, et j'avais dû décliner sa proposition. A l'époque, j'avais lu son programme et j'y avais trouvé du sens. Il est revenu me ­solliciter pour 2010. Et je ne peux que le féliciter pour son bilan à la tête de la région.

Si vous êtes élu, allez-vous devenir vice-président aux sports ?

Il y a de fortes chances que j'obtienne une vice-présidence, c'est ce qui est prévu. Mais je ne sais pas si ce sera aux sports. Je m'intéresse aussi beaucoup aux domaines de l'emploi et aux ­relations internationales.

Quels projets avez-vous envie de défendre ?

Il est facile de dire qu'une fois élu, je ferai ceci ou cela. Avant, il vaut mieux faire un diagnostic des besoins, des moyens, pour mettre en oeuvre une ­politique par la suite. Je suis attaché à l'emploi du sport comme lien social, au travail des jeunes. Et il faut pousser plus loin l'image internationale de Rhône-Alpes.

Allez-vous vous mettre en retrait de votre entreprise, qui travaille avec des collectivités locales ?

Il n'en est pas question. Mon entreprise ne travaille pas avec la région mais avec des communes qu'elle aide dans la mise en conformité de leurs équipements sportifs. Ma société a beaucoup évolué, passant de cinq à trente-cinq salariés. Il y a un peu moins de travail maintenant pour moi dans le développement.

Vous allez participer à l'émission « Koh-Lanta, le choc des héros » sur TF1. N'êtes-vous pas la caution « people » de cette liste ?

L'émission a déjà été tournée et sera diffusée après les élections, probablement en avril. Hormis cette émission, m'avez-vous beaucoup vu récemment dans les rubriques people ? Je suis avant tout un chef d'entreprise, ­enraciné dans cette région. Je ne pense pas que Queyranne ait recherché un people, mais plutôt une compétence et une ­sensibilité.

Quel sera votre engagement dans cette campagne ?

Au mois de février, je serai aux Jeux olympiques de Vancouver (Canada) comme ­animateur du Club France et pour faire la promotion de la candidature d'Annecy aux JO de 2018, un des chevaux de bataille de la région. Je ferai donc campagne sur le terrain en mars prochain. Mais les élections régionales se jouent dans les dernières semaines. W