La vogue de la Croix-Rousse en mode bio

Frédéric Crouzet

— 

Ils veulent « redonner du sens à la fête ». Nathalie Perrin-Gilbert et Dominique Bolliet, maires socialistes des 1er et 4e arrondissements, ont annoncé hier le lancement d'une consultation citoyenne sur l'avenir de la traditionnelle vogue aux marrons de la Croix-Rousse, jugée « trop consumériste ». « Ensuite, après une série d'ateliers avec les riverains, les forains nous remettrons un cahier de propositions au maire de Lyon en juin 2010 », indique Nathalie Perrin-Gilbert.

Objectif : placer cette fête, qui chaque automne attire 75 forains et plusieurs centaines de milliers de personnes, sous le signe du développement durable. « La vogue ne doit pas être qu'un événement consumériste, avec des jeux à pince où on gagne des peluches fabriquées en Chine, et où les enfants mangent des churros trempés dans l'huile hydrogénée », soupire l'élue du 1er, qui souhaite introduire du bio et du commerce équitable sur les stands. Les deux maires veulent aussi limiter la durée de la vogue à quatre week-ends, au lieu de six, pour réduire les nuisances auprès des riverains. Un mois après la clôture de l'édition 2009, marquée par plusieurs bagarres et la vente illégale de pistolets à billes, ils vont désormais devoir convaincre les forains du bien-fondé de leur démarche. W