Françoise Grossetête veut faire « décoller » Rhône-Alpes

— 

« C'est un peu tard pour vouloir prendre de l'avance. » Françoise Grossetête, candidate (UMP) officielle depuis ce week-end aux élections régionales en Rhône-Alpes, a lancé, hier, sa campagne en attaquant le slogan du président sortant, Jean-Jack Queyranne (PS). Pour « faire décoller la région qui régresse », l'élue s'est entourée de son numéro 2 aux élections européennes, Damien Abad (Nouveau Centre), désormais tête de liste dans l'Ain. Et d'un « tandem de choc » dans le Rhône avec la secrétaire d'Etat en charge des Aînés, Nora Berra, et le député Philippe Meunier, connu pour sa bataille contre le foot business. « C'est la majorité qui se présente unie. Il n'y a pas de tromperie comme chez nos adversaires », a-t-elle insisté.

Voulant rester discrète sur son programme de campagne, qui sera dévoilé le 15 janvier, Françoise Grossetête a déjà promis le gel des impôts en cas de victoire. « Le nombre d'employés est passé de 800 à 1 300. Cette lourdeur administrative n'est pas tenable », a-t-elle souligné. Elue municipale d'opposition à Saint-Etienne, Françoise Grossetête va démissionner de ce mandat pour éviter le cumul. Mais restera députée européenne. « Je ferai le lien entre les politiques votées au Parlement et leur application sur le terrain. Je veux que Rhône-Alpes soit la première région de France à sortir de la crise. » W

C. B.