Queyranne : « La gauche peut gagner au premier tour »

— 

Il rêve d'une alliance. Jean-Jack Queyranne (PS), président sortant de la région Rhône-Alpes, a estimé hier que la gauche était en mesure de remporter les élections régionales de 2010 « dès le premier tour si elle était unie ». Mais pour l'instant, communistes et écologistes, membres de son exécutif, sont bien partis pour avoir leur propre liste le 14 mars. « Ceux qui ont travaillé ensemble devraient se présenter ensemble, a-t-il déclaré en dressant seul le bilan de sa mandature. Il y a quelque chose d'inexplicable. Nous partageons pourtant ce bilan commun. Et face aux attaques répétées de Nicolas Sarkozy contre les régions, le temps n'est pas à la division. » Il n'entend cependant pas cogner sur ses futurs alliés du second tour.

« Mes seuls adversaires sont l'UMP et le FN », indique Jean-Jack Queyranne, dont la gestion a une nouvelle fois été épinglée par l'UMP. Dans son « Livre noir des régions socialistes », publié le 19 novembre, le parti présidentiel dénonce une hausse des impôts de 23,5 % en Rhône-Alpes depuis 2004, soit 179 millions d'euros supplémentaires. « Mais c'est l'Etat qui a plombé les comptes des collectivités territoriales. Il nous doit 200 millions d'euros au titre des transferts de compétence et des modifications des règles de la taxe professionnelle, réplique Jean-Jack Queyranne. Le chef de l'Etat dit que nous dépensons trop mais le gouvernement vient de nous solliciter pour financer l'A 45. » W

F. C.