La Catho bientôt logée comme un pape

© 20 minutes

— 

Dernière rentrée à l’étroit pour l’Université catholique de Lyon. L’an prochain, la Catho pourra enfin prendre ses aises dans ses nouveaux et très modernes locaux de la place Carnot ( 2e). Et accueillir plus d’étudiants. Installée depuis 1875 place Bellecour, la seule université présente en Presqu’île était obligée, faute de place, de limiter chaque année ses effectifs à 6 500 élèves. Et certaines de ses écoles comme l’Estri ( traduction et relations internationales) devaient être logées dans des anciens appartements de la rue Victor- Hugo. « Nous étions éparpillés, nous serons désormais groupés en deux sites. Et toujours en centre- ville » , s’est réjoui hier Michel Quesnel, recteur de l’université, en faisait visiter le chantier de la place Carnot. Cette ancienne caserne de gendarmerie, acquise après de nombreux recours déposés par des associations laïques qui s’opposaient aux subventions versées par les collectivités locales, accueillera 1 500 étudiants en droit, sciences économiques et sociales, et langues. Les architectes ont conservé la façade de la caserne Bissuel, construite d’après les plans de l’urbaniste Perrache au début du XIXe. Dans l’ancienne cour, un gigantesque « cône » abritera sept amphithéâtres superposés. « C’est une tour du savoir » , précise l’architecte Jean- Pierre Blondeau, qui a conçu un système de galeries et de coursives qui permettront de « trabouler » entre la place Carnot et la rue d’Enghien. « Ce sera une université ouverte sur la ville » , explique le recteur. La caserne accueillera ainsi deux instituts qui ne dépendent pas de la Catho : l’Observatoire social de Lyon et Economie & Humanisme. Frédéric Crouzet