Toni Musulin s'était rendu à la police deux jours avant le vol

— 

Quarante-huit heures avant de détourner 11,6 millions d'euros, Toni Musulin était... au commissariat de police de Villeurbanne. Le convoyeur de fond, auteur présumé du « casse du siècle » jeudi dernier, avait porté plainte pour l'incendie, devant chez lui, de la voiture de location qu'il comptait utiliser pour stocker son magot. L'agence Car'Go de Villeurbanne, qui a rapporté mardi cette anecdote dans un étonnant communiqué de presse, lui a ensuite fourni un utilitaire de remplacement dans lequel les policiers ont retrouvé lundi une grande partie du butin. « Cet homme sympathique et discret » avait loué la camionnette « sous son nom », indique la société de location, visiblement ravie de se retrouver « dans l'oeil du typhon » et d'associer son nom au voleur vedette. Depuis sa disparition, Toni Musulin est devenu une star du Web, avec site et t-shirt à son nom. Le convoyeur de 39 ans reste activement recherché dans « toute la zone Schengen » et en Europe de l'Est. W

F. C.