Le droit des locataires plus clair

Carole Bianchi

— 

Logement vétuste.
Logement vétuste. — JOBARD / SIPA

Expulsions, insalubrité et pratiques indélicates de régies immobilières. Voilà le « noyau dur » des difficultés recensées depuis le lancement, il y a un mois et demi, de la permanence téléphonique* du nouveau Comité de vigilance logement. Les membres de ce collectif, rassemblant une dizaine d'associations assez diverses du Rhône, ont enregistré 150 appels. « Ils sont en grande partie liés à des problèmes de compréhension du droit », indique Marc Uhry, délégué régional de la fondation Abbé-Pierre.

« Nous nous attendions davantage à intervenir pour des violations du droit au logement, ce pour quoi le numéro a été mis en place, précise-t-il. Il s'agit plus de gens perdus dans les procédures judiciaires ou des personnes ne sachant pas si leur situation est illégale. Nous avons touché beaucoup de locataires de classe moyenne. » Avec la trêve hivernale des expulsions, en vigueur depuis samedi, le Comité de vigilance entend se mobiliser ces prochaines semaines sur la situation des hébergements d'urgence qui « remettent les gens à la rue » au bout d'un court séjour. Et alerter, bien évidemment, les pouvoirs publics. « Cette pratique, que l'on observe uniquement dans le Rhône, est illégale depuis l'application de la loi Dalo », dénonce Marc Uhry. W

* 06 18 75 18 75.