Des badges pour pister la grippe A

Carole Bianchi

— 

Les enfants, ça gigote énormément. Afin de mieux comprendre la propagation du virus H1N1 mais aussi d'autres maladies infectieuses, des chercheurs lyonnais ont mis au point un outil mesurant, dans un lieu, le nombre de contacts entre les personnes. « Une expérience encore jamais réalisée », ont annoncé, hier, les équipes scientifiques. Durant les deux premiers jours d'octobre, 241 enfants d'une école primaire de Lyon et leurs dix enseignants ont tous porté un badge bourré d'électronique qui, via un système de bornes wifi, transmettait des informations sur tous les faces à faces tenus à moins de 1,50 m.

Quelque 100 000 contacts entre enfants ont été enregistrés, 10 000 pour les enseignants. « Le temps moyen d'un contact est de 40 secondes », précise Jean-François Pinton, directeur du labo de physique de l'ENS qui a élaboré le badge. A partir de ces données, les chercheurs vont calculer les risques de propagation de la grippe A. « Nous avons fait des simulations sur un colloque où 15 000 contacts ont été mesurés, explique Philippe Vanhems, professeur du service d'hygiène hospitalière de l'hôpital Edouard-Herriot. Pour 10 personnes contaminées au départ, on peut compter entre 15 et 20 cas secondaires au bout de cinq jours. » Les résultats pour l'école seront connus dans trois mois. W