minimum requis pour violences sur homos

— 

Y'a-t-il eu agression homophobe ou non le 1

er novembre

2007 à la Croix-Rousse ?

Deux jeunes hommes étaient jugés hier devant la 12e chambre correctionnelle de Lyon pour violence en réunion sur deux homosexuels qui affirment avoir été traités de « sales tarlouzes ». L'un deux avait reçu huit jours d'incapacité temporaire de travail. Le procureur, qui a requis six mois avec sursis et mise à l'épreuve à l'encontre des deux prévenus, a estimé que le caractère homophobe ne pouvait « être retenu », comme le demandaient les parties civiles. « Ces mots ont bien été dits. Mais je pense qu'avec l'alcool, ces jeunes auraient pu insulter n'importe qui d'autre ce soir-là. » Face au tribunal, l'un des deux prévenus (le deuxième étant absent) a reconnu « la violence gratuite » mais a nié les propos homophobes. « Il y a une volonté de minimiser les faits au parquet de Lyon, a dénoncé Gabriel Versini, l'avocat des parties civiles. On ne peut pas banaliser ces propos. » Le jugement a été mis en délibéré au 19 octobre. W

C. B.