Jeudi noir annoncé dans les transports en commun

— 

Il y aura bien une grève dans les TCL jeudi. Et elle s'annonce d'ores et déjà très suivie, notamment sur le réseau de bus. Hier, lors d'une ultime réunion de sortie de crise, la direction de Keolis Lyon et les organisations syndicales ne sont pas parvenues à s'entendre. Les syndicats avaient déposé début septembre un préavis de grève pour dénoncer des modifications de l'organisation du travail souhaitées par l'entreprise dans le cadre du projet de refondation sociale Edifis. Après plusieurs mois de négociations, la direction avait proposé en juillet un accord que les syndicats ont refusé de signer. « Aucune organisation ne pouvait accepter un tel recul social. La direction voulait au départ dépoussiérer les nombreux accords sociaux. Mais elle les passe au Kärcher », estime Jacky Algrand, secrétaire général de la CGT-TCL. Principaux sujets d'inquiétude chez les conducteurs : la baisse des temps de pause, la possibilité de ne plus être affectés sur une ligne unique, le cadre plus rigide pour les récupérations des heures supplémentaires... « On a besoin de règles pour prévoir les absences afin de mieux organiser le service rendu aux usagers », répond Bernard Tabary, directeur général de Keolis Lyon. « Les salariés font grève car ils sont inquiets face au changement. Mais les syndicats diabolisent nos intentions. On a encore un long travail d'explication à mener ». W

F. C.