la surpopulation s'invite à Corbas

Elisa Frisullo

— 

Le fonctionnement de la prison de Lyon-Corbas risque-t-il d'être grippé par la surpopulation carcérale ? Trois mois après sa mise en service, cette question tourmente les personnels pénitentiaires, inquiets de voir se répéter le même scénario que dans les maisons d'arrêt de Perrache. D'une capacité théorique de 690 places, l'établissement compte déjà 850 prisonniers. « Nous avons dépassé la capacité théorique après six semaines de fonctionnement. Au rythme où vont les choses, nous allons finir l'année à 1 000 détenus », indique Emmanuel Chambaud, délégué Ufap à Corbas. Ce phénomène, récurrent pour les surveillants, rodés à Perrache à gérer la surpopulation, pourrait avoir de plus lourdes conséquences à Corbas, dotée de moins de personnels.

« Un agent qui devrait avoir en charge 60 détenus en a 90 aujourd'hui, poursuit l'Ufap. Sans compter qu'en cas de pandémie grippale, des questions se posent sur la manière dont nous pourrons éviter la contagion avec des cellules pleines ». Selon nos informations, l'administration pénitentiaire prévoirait plusieurs scénarios pour éviter la propagation du virus. Des zones de quarantaine devraient être créées pour isoler pendant sept jours les nouveaux arrivants. Et les détenus malades pourraient être transférés dans des centres de semi-liberté. W