Des idées barges pour dessiner les futures Berges du Rhône

Sandrine Boucher

— 

Et si ? Et si on construisait une piscine d'été qui donnerait l'impression de nager dans le Rhône ? Et si on réinstallait un moulin à eau, souvenir des anciennes minoteries flottantes sur le fleuve, disparues au XIXe siècle ? Et si on construisait des thermes sur les berges, dont l'eau serait filtrée et épurée par des iris, des roseaux et des nénuphars ? Et si, osons tout, on relançait l'idée de bateaux-taxis, qui seraient alimentés par l'électricité tirée de l'hydrogène produite par de minuscules algues (cyanobactéries) cultivées dans le Rhône ?

Ces idées sont le fruit de l'imagination débridée d'une vingtaine d'étudiants de l'école d'architecture de Grenoble qui se sont prêtés au jeu de l'exploration : à quoi pourrait un jour ressembler le Rhône à Lyon ? Ce premier atelier a été le déclencheur d'un plus vaste projet, à la dimension du fleuve. Résultat : un livre-DVD, intitulé La Vallée du Rhône dans dix ans (?), qui vient d'être coédité par la Maison du fleuve Rhône, située à Givors. Il réunit 32 travaux d'élèves architectes, urbanistes et ingénieurs de Grenoble et de l'Ecole nationale des ponts et chaussées, à Paris. Les étudiants ont « phosphoré » autour de six sites, de Virignin (Ain), à Arles (Bouches-du-Rhône). Celui de Lyon, le plus urbain, a suscité aussi les idées les plus folles, avec des « éco-machines » qui font le lien entre berges et fleuve, entre patrimoine, usages contemporains et nouvelles technologies.

« Ces projets reflètent un changement de génération. Immédiatement, ils ont pris en compte la dimension environnementale, le besoin d'une harmonie entre la ville et l'espace naturel du fleuve. Et ce, à l'aide d'outils nouveaux, sophistiqués, qui rendent possibles des expérimentations inenvisageables il y a peu », constate Jacky Vieux, directeur de la Maison du fleuve Rhône. Les ­Lyonnais retrouveraient ainsi les plaisirs de la baignade sans risque, grâce à un bassin alimenté par l'eau du Rhône dépolluée et isolé par une ceinture de verre montée sur une barge à coulisses. Farfelu ? Et alors ? « Il ne s'agit pas de projets clés en main », explique Jacky Vieux. C'est une bourse à idées pour accompagner le mouvement actuel de réappropriation du Rhône. Et, au delà, poser la question : comment pouvons-nous mieux traiter notre fleuve ? » W

La Vallée du Rhône dans dix ans (?), livre-DVD, coédition La Maison du fleuve Rhône et La Maison d'à côté, 27 euros.