Michèle Picard prend le relais d'André Gerin à Vénissieux

— 

Michèle Picard, maire de Vénissieux.
Michèle Picard, maire de Vénissieux. — DR

Encore une élection sans surprise à Vénissieux. Michèle Picard, 42 ans, doit être élue maire de la troisième commune du Rhône demain, lors d'un conseil municipal extraordinaire. Elle succède au député-maire André Gerin, dont elle est la suppléante, qui a démissionné après vingt-quatre ans de mandat.

Fin avril, la section locale du PCF avait désigné cette militante, élue de Vénissieux depuis un an, plutôt que la première adjointe, Yolande Peytavin, 55 ans. « Michèle Picard représente une nouvelle génération, ce sera une maire jeune dans une ville jeune », explique Serge Truscello, responsable local du PCF. L'ex-adjointe au Logement a désormais cinq ans pour se faire un nom avant les municipales de 2014. En 2008, André Gerin avait été réélu dès le premier tour mais sur fond de forte abstention (52 %). « Je pars la tête haute. Ici, c'est du trois étoiles par rapport à ce qu'on peut trouver en banlieue parisienne », lance-t-il en guise de bilan, rappelant la transformation de la ville avec l'arrivée du tram, les nouveaux programmes immobiliers, une médiathèque flambant neuve. « Après vingt-quatre ans de règne, vous n'avez pas su faire aimer la démocratie à vos concitoyens. Et l'image de Vénissieux reste négative », a tempéré Christophe Girard, conseiller d'opposition (MPF), lors du dernier conseil municipal du 16 juin. W

Frédéric Crouzet