Pas de terrain pour les Roms

— 

« A Lyon, la seule volonté politique concernant les Roms est de ne pas les laisser s'installer. » A la veille de l'assignation de Médecins du monde, attaqué par la préfecture de Seine-Saint-Denis pour avoir installé un camp « de déplacés européens », les humanitaires lyonnais ont dénoncé, hier, les réponses données par l'Etat au dossier des Roms. L'antenne lyonnaise (1er), qui réclame depuis des années l'aménagement de sites pour accueillir ces « citoyens européens », a assisté en 2008 sur le Grand Lyon à l'expulsion de 720 Roms de 14 bidonvilles. « Cela rend difficile leur suivi médico-social », a indiqué l'ONG, qui veut obtenir des autorités locales l'ouverture d'une véritable concertation. W

E. F.