La consommation se maintient dans les centres commerciaux

— 

Le projet d'extension de Vaulx-en-Velin.
Le projet d'extension de Vaulx-en-Velin. — SEGECE

Les principaux centres commerciaux de la périphérie lyonnaise résistent à la crise. « Notre chiffre d'affaire depuis début 2009 a certes diminué de 4 %. Mais l'année 2008 avait été particulièrement bonne. La fréquentation reste cependant stable. Ce sont les prix qui ont baissé », explique Gilles Latini, directeur du développement Sud-Est du groupe Klépierre-Ségécé, propriétaire des centres commerciaux et des hypers Carrefour d'Ecully, Givors, Vénissieux et Vaulx-en-Velin (Sept chemins). Dans les galeries marchandes, les secteurs équipement des ménages et loisirs cadeaux « souffrent » tandis que l'alimentation, le haut de gamme et le textile « s'en sortent bien ». « Mais le secteur lyonnais ne se porte pas trop mal par rapport à d'autres régions. Et la ville n'est pas encore saturée en centres commerciaux », indique Gilles Latini. A tel point que le groupe, qui réalise à Lyon un chiffre d'affaires d'un milliard d'euros, va rajouter 15 enseignes et 2 300 m2 au centre commercial de Vaulx-en-Velin à la rentrée. L'aménageur a aussi dans les cartons un projet d'extension à Givors avec bureaux, logements et commerces. Et il aimerait participer au développement du Puisoz à Vénissieux, où un de ses concurrents (Leroy Merlin) vient d'acquérir une vingtaine d'hectares de terrain à construire. En attendant, Ségécé rénove les façades et l'accueil d'Ecully Grand Ouest, son gros-porteur régional qui attire chaque année 7,5 millions de clients. W

F. C.