Gollnisch blanchi en cassation

— 

La Cour de cassation a-t-elle signé l'épilogue de l'affaire Gollnisch ? Dans un arrêt rendu mardi, mais dont les motivations ne seront connues que d'ici à quelques semaines, cette dernière a annulé la condamnation du vice-président du Front national à 3 mois de prison avec sursis et 5 000 euros d'amendes pour « contestation de crimes contre l'humanité ». Poursuivi pour des propos controversés sur les chambres à gaz tenus à Lyon fin 2004 lors d'une conférence de presse, Bruno Gollnisch avait été condamné le 18 janvier 2007 par le tribunal correctionnel de Lyon. Un jugement confirmé un an plus tard en appel. « Ce succès judiciaire met à néant toute accusation contre moi », s'est réjoui hier l'eurodéputé, qui selon SOS Racisme, pourrait pourtant être une nouvelle fois jugé dans cette affaire. « Cette cassation s'effectuera avec renvoi devant une cour d'appel », a indiqué hier l'association, partie civile dans ce dossier, soucieuse « d'utiliser tous les moyens légaux pour sanctionner cet individu ». W

E. F.