une invention Sans hélium qui détonne

Wilfried Lacour

— 

Le soleil leur permettra de traverser la Manche en août.

Une trentaine d'étudiants de l'Institut national des sciences appliqués (Insa) de Lyon et des lycéens parisiens, dévoilent leur invention à partir d'aujourd'hui au salon professionnel de l'aéronautique du Bourget. Exposé au Musée de l'air et de l'espace, leur dirigeable solaire a été mis au point pour célébrer le centenaire de la traversée de la Manche effectuée par Louis Blériot en avion monoplan le 25 juillet 1909. « Notre engin est le premier à pouvoir transporter des personnes. Jusqu'à présent, il n'existait que des petits modèles téléguidés », explique Ludovic Angèle, un étudiant de l'Insa, responsable mécanique du projet Sol'R.

Haut de 7 m et pesant 350 kg, ce prototype a vu le jour après un an et demi de développement dans le cadre d'un projet de fin d'étude. L'engin, baptisé Nephelios, se déplacera grâce à l'énergie transmise à un moteur électrique par les panneaux solaires flexibles installés sur les 40 m2 de la nacelle. De l'hélium sera également embarqué à bord pour le propulser dans les airs et pallier une éventuelle avarie. Mais le dirigeable doit encore faire ses preuves. « Nous n'avons pas encore pu le tester en situation de vol. Des essais sont prévus en juillet », précise Aloun Vangkeosay, autre concepteur du dirigeable. Ce qui n'a pas empêché Stéphane Rousson et Gérard Feldzer, deux aventuriers bien connus dans le milieu de l'aviation, d'apporter leur soutien au projet. L'entreprise pétrolière Total a également participé à la fabrication, dont le coût s'élève à 150 000 euros. Soit le double du budget estimé à l'origine. « Nous avons choisi de tout créer de A à Z alors que nous aurions pu reprendre les plans des premiers modèles. Les pièces ont été fabriquées à l'Insa et dans les lycées partenaires », poursuit Ludovic Angèle, la tête pleine d'autres aventures. Après avoir survolé la Manche, les futurs ingénieurs comptent s'attaquer l'an prochain à l'océan Atlantique. W