Des transactions en perspective

Frédéric Crouzet

— 

Premiers signes de reprise sur le marché de l'immobilier lyonnais.

Après une fin d'année 2008 marquée par un recul du nombre de transactions de 25 %, la chambre des notaires du Rhône assiste depuis quelques semaines à des « frémissements », notamment sur la vente de biens neufs. « Au premier trimestre 2009, nous avons enregistré 908 réservations de logements neufs, contre 400 à la même période en 2008 », indique Alain Bénard, notaire et membre de l'Institut notarial du droit de l'immobilier (Indi).

Entre-temps, les prix du neuf ont légèrement été revus à la baisse. Les promoteurs ont dû multiplier les opérations séduction pour écouler leur stock, tout en étant aidés par la TVA à 5,5 % dans les quartiers périphériques. Depuis le début de l'année, les taux d'intérêts dans les banques sont redevenus raisonnables. Et de nouveaux produits de défiscalisation apparus début 2009 (loi Cellier) ont séduit les investisseurs, qui représentent désormais 70 % des acquéreurs (contre 60 % auparavant).

Les particuliers, qui privilégient l'ancien, ne « sont plus prêts à acheter à n'importe quel prix » et ont, eux, diminué leur budget immobilier d'environ 5 %. « Ils achètent moins cher et donc des surfaces plus petites », note la chambre des notaires. Car les prix ont finalement peu diminué dans l'ancien en 2008, de l'ordre de - 0,2 % dans le Rhône. « Et il ne faut pas s'attendre à une baisse des prix en 2009 », prévient Alain Bénard. « L'Etat a favorisé l'accession aux logements neufs. On attend aujourd'hui des mesures fiscales pour relancer l'ancien. » W