Lulu, séductrice des jeunesCarole Bianchi

Carole Bianchi

— 

Affriolante et provocante, Lulu séduit. Mais pas uniquement le public bourgeois de l'Opéra de Lyon. Il y a un peu plus d'une semaine, lors de la première représentation, les jeunes étaient au rendez-vous, loin d'être guindé.

Tout le monde connaît Lulu quand on prononce correctement son nom : Loulou. Son histoire beaucoup moins.L'oeuvre d'Alban Berg est pourtant universelle, souvent fascinante et mouvementée. Et la mise en scène de l'Allemand Peter Stein le souligne bien. Trois scènes, trois maris différents, trois décès. Une crise cardiaque, un suicide et un assassinat. Il faut bien toute cette effervescence pour pouvoir tenir plus de 3 h assis à jongler entre la traduction des chants en allemand et la scène.

Les décors modernes parlent aussi au jeune public. Le mobilier imitation Le Corbusier, chiné par les accessoiristes, attire l'oeil dans l'appartement de la muse Lulu. « L'histoire est un véritable polar qui parle de thèmes très faciles d'accès comme la condition féminine. La séduction, la dépendance financière y sont abordés », analyse Hélène Sauvez, responsable du développement culturel à l'Opéra de Lyon qui reçoit l'un des plus jeunes publics de France. « 25 % de nos spectateurs sont âgés de moins de 25 ans et 52 % de moins de 45 % », précise Serge Dorny, directeur général de l'établissement. Ce rajeunissement est en grande partie liée à la restriction de vente des formules abonnements. Aujourd'hui, pour 5 eur, vous pouvez vous rendre en jean-basket à l'Opéra pour aller voir Lulu à un emplacement correct. Et sans complexer.

www.opera-lyon.com