L'avenir de la fabrique à soie se dévoile

Elisa Frisullo

— 

Des cafés, restaurants et commerces au rez-de-chaussée. Des bureaux, des ateliers d'artistes et des logements en étage. Voilà à quoi pourraient ressembler d'ici à 2013 les immenses entrepôts de l'usine Textile artificiel Sud-Est (Tase) du Carré de Soie, selon les croquis de l'architecte Bruno Dumetier dévoilés hier au Grand Lyon. Cette étude, qui prévoit la conservation totale de la façade sud, avait été commandée par la communauté urbaine pour mettre un terme au litige qui oppose le promoteur Bouwfonds Marignan, propriétaire des lieux, au collectif La soie rayonne. Pour tenter de sauver l'usine de la démolition, ce dernier avait déposé l'an passé une demande de classement de ces entrepôts à l'abandon depuis trente ans auprès de la Direction régionale des affaires culturelles (lire encadré). Mais l'avenir de l'usine semble d'ores et déjà tranché, le projet de Bruno Dumetier faisant consensus, selon le Grand Lyon, tant auprès du promoteur que de la majorité des associations. « Cette solution permet de restaurer la valeur patrimoniale de l'usine et de l'inscrire dans la vie d'aujourd'hui », s'est réjoui hier le maire de Vaulx-en-Velin, Maurice Charrier (DVG), soucieux de voir préserver la mémoire ouvrière.

Le projet de reconversion présenté hier prévoit la démolition de l'aile Est de la fabrique et la reconstruction à l'identique des bâtiments de façade. « L'idée est de conserver le gabarit initial de l'usine, ces grands volumes, très lumineux, très aérés pour l'adapter à des usages actuels », explique Bruno Dumetier, dont les croquis prévoient la construction d'un parking en sous-sol. Un point jugé inquiétant par la Soie rayonne, qui a toutefois souligné « l'avancée importante » du Grand Lyon sur ce dossier. « C'est un projet à moindre mal, mais nous n'avons aucune garantie que Bouwfonds le respectera, a réagi le président du collectif, José Berenguer. Ni qu'au cours de la réalisation du parking, la façade ne va pas s'effondrer comme cela a déjà été le cas sur des chantiers de ce type ». W