Lyon : Quelles nouveautés, quels changements pour 2022 ?

PROJETS S’il faudra attendre 2023 pour la concrétisation de grands chantiers, plusieurs changements sont annoncés à Lyon ces prochains mois

Caroline Girardon
— 
Vue de Lyon.
Vue de Lyon. — Konrad / Sipa
  • Des changements et nouveautés sont attendus dans la métropole lyonnaise cette année, à commencer par l’abaissement de la vitesse de circulation à Lyon dès le 30 mars.
  • A la fin du premier semestre, on devrait notamment savoir quel projet de métro sera jugé indispensable pour le Sytral. Et si le téléphérique reliant Francheville à Lyon est maintenu.
  • A la rentrée de septembre, des menus végétariens seront également proposés chaque jour dans les cantines de Lyon.

En cette nouvelle année, à quels changements faut-il s’attendre à Lyon et dans la métropole ? S’il faudra patienter jusqu’en 2023 pour la livraison de grands chantiers, certaines mesures et décisions, qui seront prises ou entreront en vigueur ces prochains mois, auront un impact sur le quotidien des habitants. Voici la liste non exhaustive des projets amenés à se concrétiser en 2022.

La vitesse à 30 km/h généralisée

Comme ils s’y étaient engagés dans leur programme durant la campagne électorale, les écologistes vont passer la vitesse supérieure pour faire de Lyon « une ville apaisée » et limiter les effets de la pollution. A compter du 30 mars, la vitesse de circulation sera abaissée à 30 km/h. Certains axes, qui n’ont pas encore été définis, bénéficieront toutefois d’une dérogation et resteront à 50 km/h. Mais, ils seront minoritaires. Cette mesure « Ville 30 », déjà en place à Oullins et Poleymieux, devrait être également appliquée à La Mulatière au cours de l’année. Le début d’une longue transition. La Métropole de Lyon ambitionne de faire basculer une grande partie de ses territoires. L’objectif souhaité pour la fin de mandat : que les deux tiers des habitants résident sur une commune à 30 km/h.

Interdiction des véhicules les plus polluants

Une nouvelle étape sera franchie le 31 juillet dans la réalisation de la ZFE, zone à faibles émissions. Toutes les voitures disposant d’une vignette Crit’Air 5 ou n’ayant pas de vignette, n’auront plus l’autorisation de circuler dans le centre de Lyon, à Villeurbanne, Vénissieux, Caluire et Bron. Cela concernera un peu moins de 20.000 véhicules sur les 700.000 recensés actuellement. Des dérogations seront toutefois accordées et des aides financières, dont les montants n’ont pas été précisés, seront proposées aux particuliers et professionnels afin de changer leurs voitures. La métropole de Lyon s’est fixée une échéance : plus aucun véhicule Diesel (sauf les Crit’Air 0 et 1) au 1er janvier 2026.

Le métro E et le téléphérique fixés sur leur sort

Lancée à l’automne dernier, la consultation publique sur le développement du métro a permis d’écarter deux des quatre projets portés par le Sytral. Il n’y aura a priori pas de prolongement de la ligne D jusqu’au quartier de la Duchère à Lyon, ni de ligne A jusqu’à Meyzieu. Deux projets restent en compétition : l’extension de la ligne B jusqu’à Rillieux-la-Pape et la création de la future ligne E pour desservir l’ouest lyonnais, que les écologistes souhaitaient abandonner initialement. Quel métro sera jugé le plus pertinent et le plus indispensable à la métropole de Lyon ? La réponse devrait intervenir à la fin du premier semestre.

Le destin du projet de téléphérique reliant Francheville à Lyon devrait également être scellé à la même période. Ardemment défendu par les élus écologistes, ce mode de transport aérien est pourtant massivement rejeté par les habitants des communes ou quartiers concernés. La concertation publique, lancée également à l’automne, sera déterminante. Le Sytral a fait savoir  qu’il serait prêt à abandonner le dossier si l’opposition se révèle forte sur l’ensemble du territoire métropolitain.

50 % de bio et des menus végétariens dans les cantines de Lyon

Dès le mois de janvier, un nouveau prestataire sera désigné pour les restaurants scolaires lyonnais. « Les produits utilisés par le prestataire seront issus d’un approvisionnement local », précise la mairie. Les produits bios seront progressivement introduits dans les assiettes d’ici la fin de mandat. Avec des objectifs déjà déterminés : 50 % pour 2022, 75 % au minimum dans quatre ans. A partir du mois de septembre, les familles se verront proposer deux menus différents pour leurs enfants : l’un avec de la viande ou du poisson, l’autre entièrement végétarien.

Du compost et des boisements

C’est l’une des nouveautés de cette année : le compost sera généralisé. L’expérimentation, menée à l’automne, a été jugée concluante par la métropole qui déploiera des bornes à compost dans les copropriétés du 9e arrondissement de Lyon et Villeurbanne. 20.000 composteurs individuels seront également distribués gratuitement aux habitants qui en feront la demande. Par ailleurs, la collectivité entend poursuivre son plan de végétalisation. Trois à quatre boisements, des « petites forêts » seront plantés Corbas et Feyzin, notamment. Ce qui représente une surface de 18.000 mètres carrés, soit trois fois la place des Terreaux. A Lyon, le jardin du Rosaire, situé aux pieds de la basilique de Fourvière, fera l’objet d’une réhabilitation. Sur les hauteurs de la colline, cette fois, les contours du futur parc des Balmes seront dévoilés au cours de l’année.

La réouverture du Marché Gare, une piscine éphémère à Gerland

En travaux depuis 2018, l’ancien marché de gros de Lyon, reconverti en salle de concerts, doit rouvrir ses portes cette année. La date n’a toutefois pas été arrêtée. La jauge passera de 300 à 400 places. La piscine de Gerland, qui appartient désormais au Lou Rugby, doit reprendre à l’été 2023. En attendant, une piscine éphémère semblable à celle du parc de la Tête d'Or devrait être installée provisoirement l’été prochain.