Les clés de la culture à portée de main

Carole Bianchi

— 

Dans les dédales de l'Opéra de Lyon (1er), Nathalie reste un moment absorbée par les gestes méticuleux d'une maquilleuse. L'employée travaille le masque d'un comédien pour la future représentation Lulu, d'Alban Berg. Et vient d'achever un faux crâne tatoué qui intrigue la jeune femme. « Je peux toucher ? », demande-t-elle timidement. « Bien sûr, répond la professionnelle. C'est un collant. Nous utilisons cette technique pour la première fois. C'est plutôt réussi. »

Depuis hier matin, Nathalie et quatre autres personnes en rupture sociale à la suite d'« accidents de la vie » parcourent les coulisses de plusieurs institutions culturelles de Lyon comme le théâtre des Célestins ou les archives municipales. L'opération se déroule dans le cadre du projet « Entremondes », mené par l'association socioculturelle Axès Libre. A travers un jeu de piste réalisé par des détenus de la maison d'arrêt Saint-Paul-Saint-Joseph entre 2006 et 2008, les participants vont devoir résoudre une énigme avant demain soir. « Les éducateurs sont tellement focalisés sur le triptyque emploi, logement et santé, qu'ils n'ont pas le temps de proposer de la culture. Cette ouverture assure pourtant un dynamisme et un bien-être qui permet d'avancer », explique Eric Jayat, fondateur-président de l'association.

Pour la majorité du groupe, c'était leur première visite à l'opéra. Les yeux écarquillés, équipés de leurs appareils photo, ils ont découvert les muses, statues perchées sur le toit, les peintures du foyer où se restaure le public, mais aussi les costumes et les décors. « C'est impressionnant la somme de travail pour un spectacle », s'exclame Daniel, qui avoue préférer le cinéma à l'opéra. « L'objectif est de mieux comprendre une institution associée à l'idée de richesse et qui peut faire peur relève Hélène Sauvez, responsable du développement culturel à l'opéra. Car même si on instaure la gratuité pour ce type de public, il ne viendra pas de lui-même. Il faut lui donner les clés pour y entrer. » ■