Debrousse attend toujours une seconde vie

Elisa Frisullo

— 

A l'abandon depuis un an, le site de l'ancien hôpital Debrousse (5e) n'est pas près de devenir le quartier résidentiel promis. Le chantier de reconversion, censé débuter en juillet, pourrait bien être compromis par le litige financier qui oppose depuis un an le propriétaire des lieux au promoteur Vinci Immobilier. En mars 2007, ce dernier avait remporté un appel à projet et accepté de racheter le terrain à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour un montant de 20,8 millions d'euros. Mais la transaction n'a jamais été conclue, le promoteur souhaitant finalement ramener son offre à 16 millions d'euros, en raison, notamment, des travaux coûteux de désamiantage à réaliser à Debrousse. Des arguments balayés récemment par la justice, chargée de trancher ce conflit.

Dans un jugement rendu public le 2 avril, le tribunal de grande instance de Lyon a déclaré la vente « irrévocable ». « La justice estime que Vinci ne peut pas revenir sur son offre et doit racheter le site au prix convenu », explique l'avocat de l'AP-HP, Bernard Grelon. Mais le bras de fer n'est pas terminé. « Le jugement précise que la vente doit se faire aux conditions fixées en 2007 lors de l'appel à projet », indique le conseil de Vinci Immobilier, Yann Guittet. Or, certaines clauses du contrat, à commencer par le calendrier initial du chantier, ne pourront plus être respectées, laissant ainsi au promoteur la possibilité de modifier son offre d'achat. « Si les parties ne parviennent pas à un accord et décident d'épuiser tous les recours qui s'offrent à elles, ce litige peut durer des années », prévient Yann Guittet, dont le client a jusqu'à fin avril pour faire appel du jugement. Une éventualité que l'adjoint à l'Urbanisme à la mairie de Lyon, Gilles Buna (Verts), préfère ne pas envisager. « Personne ne serait gagnant à ce qu'il y ait un long contentieux, estime-t-il. L'entretien de Debrousse coûtera cher à l'AP-HP, et les Hospices civils de Lyon, qui doivent récupérer 5,6 millions d'euros sur la vente, sont dans une posture financière délicate. » ■