Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
ARTS MARTIAUXAprès la K-Pop et «Squid Game», le sabre coréen emporte le public lyonnais

Lyon : Après la K-Pop et « Squid Game », le sabre coréen emporte le public de la Japan Touch

ARTS MARTIAUX
Le salon Japan Touch, qui se déroule ce week-end à Eurexpo, propose des stands coréens très attendus par les fans de K-Pop et de « Squid Game ». Mais l’attraction principale pourra bien être les démonstrations de haidong gumdo : le sabre coréen
Franck Dominé (au centre) et ses élèves Aurore et Jérémie, au Lyon Haidong Gumdo.
Franck Dominé (au centre) et ses élèves Aurore et Jérémie, au Lyon Haidong Gumdo. - J.L. / 20 MINUTES / 20 Minutes
Jennifer Lesieur

Jennifer Lesieur

L'essentiel

  • Le haidong gumdo est un art martial coréen fluide et harmonieux, jusque-là masqué par la popularité du taekwondo.
  • Le club Lyon Haidong Gumdo, créé en 2011, enregistre chaque année un nombre croissant d’élèves, dont 52 % de femmes en 2021-2022.
  • Ses pratiquants passionnés viendront en faire la démonstration au festival Japan Touch, samedi et dimanche à Eurexpo, où la Corée sera à l’honneur.

Une vingtaine de silhouettes vêtues de noir virevoltent avec grâce, fendent l’air avec un sabre en bois, entrechoquent celui d’un partenaire avec un bruit sec. Guidées par un charismatique guerrier, elles se concentrent sur le geste parfait. Une concentration qui n’empêche pas les rires… Dans ce gymnase de la Croix-Rousse, à Lyon, hommes et femmes de tous âges pratiquent le haidong gumdo, le sabre coréen. Un art martial peu connu, masqué par la popularité du taekwondo, mais qui compte de plus en plus d’adeptes en France.

Le Lyon Haidong Gumdo est un club pionnier, puisqu’il a introduit dès 2011 le sabre coréen dans la région Rhône-Alpes. Son fondateur, Franck Dominé, est le guerrier en question : sa vocation est née en 2004, au Festival des arts martiaux de Bercy. « J’ai voulu apprendre, mais il n’y avait pas d’instructeurs en France, j’ai donc dû attendre 6 ans avant de pouvoir me former ! J’ai monté le club en 2011, avec 20 adhérents la première année, et depuis ça ne fait qu’augmenter. »

La France touchée par la « Coréephilie »

La popularité de la Corée en France n’y est pas pour rien : « Ça a commencé avec la vague qui nous a apporté la K-Pop, les dramas », explique-t-il. « Comme les mangas avaient fait connaître la culture japonaise autrefois, une nouvelle génération est passée de la K-Pop à la culture coréenne plus traditionnelle, dont les arts martiaux. » Cette année, Franck Dominé se dit fier de compter 52 % d’élèves femmes : « On a réussi à créer un lieu sécurisé où tout le monde peut venir s’affirmer et s’exprimer, sans discrimination. »

Pour preuve, Aurore, 24 ans et ceinture verte, vient « trois à quatre fois par semaine ». Fan du manga Demon Slayer, elle a voulu pratiquer le sabre mais les arts japonais lui ont paru « trop bruts, trop carrés ». Une démonstration de Franck l’a convaincue. « Les mouvements étaient fluides, harmonieux, et j’ai adhéré à toutes les valeurs transmises par Franck : se recentrer sur soi, se canaliser, se déployer… » Le haidong gumdo l’a galvanisée : « Ça m’a tellement apporté, dans ma façon de me tenir, de m’ouvrir aux autres ! Je suis devenue plus expressive, et professionnellement j’assume plus mes choix. »

Un art martial et un club épanouissants

Cette affirmation de soi, Aline, 41 ans, la confirme. Elle qui cherchait un cours de dessin à un forum des associations, en 2011, a bien fait d’opter pour le sabre : dix ans plus tard, elle est ceinture noire, et transformée. « J’étais quelqu’un de très renfermé, et le haidong gumdo m’a permis de m’exprimer, d’avoir confiance en moi, en plus du travail physique, du dépassement de soi. Ce club, c’est devenu une grande famille pour moi. »

Le Lyon Haidong Gumdo sera présent à la Japan Touch, ce week-end à Eurexpo. Une « Team Demo » créée au sein du club donnera des démonstrations en costume traditionnel, de sabre mais aussi de calligraphie coréenne. Cette équipe a fini par devenir une association culturelle coréenne à part entière : la passion française pour le pays du matin calme réserve encore de belles découvertes.

Sujets liés