130 000 euros à payer pour avoir aidé à télécharger des films

Frédéric Crouzet

— 

Mauvais scénario pour Sébastien Budin. Ce jeune facteur de 26 ans, résidant à Mions, (Rhône) vient probablement de décrocher le César de la plus lourde sanction dans une affaire de téléchargement illégal. Ce passionné de cinéma et d'Internet vient d'être condamné à une peine d'un an de prison avec sursis et 130 000 euros de dommages et intérêts à verser à divers éditeurs de films comme la 20th Century Fox, Warner ou Disney. Son tort : avoir exploité, durant plus d'un an, un site Web baptisé « stationdivx.com », sur lequel il mettait à disposition des fiches sur des films, mais aussi des mots-clés pour chercher les oeuvres sur des plateformes de téléchargement comme Emule. Illégal, a déclaré la 5e chambre du tribunal correctionnel de Lyon dans son jugement du 5 mars. « Je ne suis pas un truand. J'incitais à télécharger, mais sans mettre les films à disposition. Je suis révolté par cette hypocrisie. On trouve les mêmes mots-clés sur Google », indique le jeune homme, un peu dépassé par les événements.

Il avait commencé par ouvrir un simple forum sur sa passion. Puis la machine s'emballe, 30 000 personnes visitent son site chaque jour. Pour financer ses serveurs, il met en ligne des liens publicitaires, crée aussi des sites pornos qui lui rapporteront 25 000 euros. La police s'intéresse à son site début 2007. Perquisition, saisie de films téléchargés, garde à vue. « La police n'a pas eu de mal à me trouver. Il y avait mes coordonnées et mon nom sur le site. Je ne m'étais pas caché car je n'avais pas le sentiment de faire quelque chose d'illégal. » Sébastien Budin a fait appel de la décision. Et a décidé de se battre pour dénoncer cette sanction « sévère ». Il a ouvert un site* dans lequel il raconte son histoire. « Quand ma mère m'a offert Internet, j'étais loin de me douter que ce serait un tel cadeau empoisonné », écrit-il. ■* www.soutenezmoi.free.fr