Une manif anti-impôts

Frédéric Crouzet

— 

Le conseil municipal s'annonce mouvementé ce soir à Francheville. Le maire socialiste René Lambert, réélu en mars 2008, doit mettre au vote une augmentation de 8 % des taux d'imposition de sa commune. « C'est la plus forte hausse de toute l'agglomération », dénonce son adversaire Michel Rantennet. Ce conseiller municipal de la liste d'opposition Francheville Autrement (UMP et divers droite) a invité les électeurs à venir à 19 h « manifester leur mécontentement devant la mairie ». « Nous sommes la commune la plus imposée de l'Ouest lyonnais avec 430 euros en moyenne par habitant. Cette hausse va servir à financer le train de vie de la municipalité qui compte 190 agents pour 12 000 habitants alors que Tassin en a autant pour 20 000 habitants », explique Michel Rantennet.

Et la droite franchevilloise de vouloir tailler dans les budgets culturels, estimant que la ville « n'a pas les moyens d'avoir un centre d'art contemporain et un festival de jazz ». René Lambert, à la tête de la commune depuis 20 ans, s'étonne d'un tel foin. « Quand en 2002, j'ai augmenté les impôts locaux de 10 %, il n'y a pas eu de manifestations et je n'ai pas été contacté par les journalistes », s'énerve t-il. « Et je ne les augmente pas par plaisir mais parce qu'il y a des besoins de financements pour nos projets. » La majorité, qui met en avant un taux d'imposition parmi les plus bas chez les communes de plus de 10 000 habitants (16, 39 %), doit également voter ce soir son plan de mandat. La municipalité a prévu de réaliser une école de musique, un gymnase ou encore une maison de la solidarité. ■