Lyon : Par Toutatis, les Romains débarquent ce week-end

FESTIVAL L’association Pax Augusta va reconstituer la vie d’un village et d’un camp romain sur la colline de Fourvière. Un événement gratuit, à la fois grand public et fidèle aux sources

Jennifer Lesieur
— 
Révisez votre latin, l'empereur pourrait s'adresser à vous...
Révisez votre latin, l'empereur pourrait s'adresser à vous... — PAX AUGUSTA
  • Le musée Lugdunum et de l’époque gallo-romaine propose un Festival Romain sur le site de Fourvière les 9 et 10 octobre.
  • L’association Pax Augusta a mis en scène la reconstitution d’un village et d’un camp romains, avec ses cérémonies et ses figurants.
  • Des sources historiques précises ont permis d’aboutir à une reconstitution la plus authentique possible.

Saluer un empereur romain, suivre les manœuvres des troupes de Septime Sévère, visiter un village tel qu’il en existait à Fourvière à l’époque gallo-romaine… C’est à ce voyage dans le temps que le musée Lugdunum convie les 9 et 10 octobre pour accompagner sa nouvelle exposition En quête de pouvoir. Un Festival Romain gratuit et grand public, qui donne un aperçu inédit de l’histoire lyonnaise.

Aux commandes de cette reconstitution de grande ampleur : l’association Pax Augusta, créée en 1989, qui regroupe une trentaine de passionnés de Lyon et sa région. « Notre vocation est surtout pédagogique, nous ne sommes pas une troupe de spectacle », précise François Gilbert, historien et président de Pax Augusta. « Nous voulons faire partager notre passion et nos connaissances sur l’antiquité gallo-romaine, et plus précisément à Lyon. »

Premier événement « aussi grandiose »

Un quart du groupe est constitué d’historiens et d’archéologues, professionnels ou étudiants, le reste étant composé d’amateurs, qui interviennent sur des sites au fort patrimoine antique. Si l’association a proposé ce festival sur le site de Fourvière, c’est qu’étrangement, ça ne s’était jamais fait. « Lyon est la capitale des Gaules, avec un patrimoine et un musée extraordinaires, mais c’est la première fois qu’on y organise un événement aussi grandiose, sur lequel on travaille depuis des mois. »

Le Festival Romain installera un village et un camp militaire gallo-romains, animés en permanence, sur l’esplanade. « Il y aura des cérémonies religieuses, des cavaliers feront des démonstrations, on présentera des manœuvres, on montrera comment vivait un soldat romain, dans un panaché de troupes qui ont stationné à Lyon à différentes époques », détaille François Gilbert. « Il y aura aussi des civils, avec un petit village comme ceux qui s’installaient à proximité des camps. »

Des costumes authentiques et sur-mesure

Valerio Bello, un reconstitueur bien connu du milieu, incarnera l’empereur, avec sa cour impériale, son décorum, ses tenues flamboyantes. Les costumes sont d’ailleurs au cœur de toute reconstitution historique, et les membres de Pax Augusta les fabriquent eux-mêmes, « que ce soit des habits civils ou militaires, des équipements pour cuisiner… Et aussi parce que c’est intéressant de retrouver des gestes, de comprendre des savoir-faire d’autrefois ».

Les sources de ces reconstitutions sont on ne peut plus authentiques : François Gilbert, chercheur associé au CNRS, est spécialisé dans les tenues des militaires et des gladiateurs. « Nos sources sont iconographiques : fresques, pièces archéologiques, mais aussi littéraires. La société antique est très codifiée, il y a beaucoup de codes couleurs, de formes qui permettent de savoir qui est qui et de reconnaître son statut, en observant la couleur des toges ou la forme des chaussures. » Le samedi soir, à la lueur des braséros, des plats romains seront proposés, élaborés avec des produits utilisés il y a 2.000 ans. D’après les sources, mieux valait partager la table de l’empereur que celle des soldats.