Lyon : La ville débloque 6,6 millions d’euros pour ses agents municipaux

COMPROMIS Les catégories A, B et C vont bénéficier dès 2022 d’une enveloppe de 6,6 millions d’euros pour revaloriser leurs salaires. Cette mesure de la municipalité lyonnaise a été décidée avant la grève qui a éclaté à la rentrée

J. Le.
— 
Grégory Doucet assure que cette mesure a été décidée cet été, avant la grève des agents municipau.
Grégory Doucet assure que cette mesure a été décidée cet été, avant la grève des agents municipau. — Bony/SIPA

Une augmentation de salaire pour compenser l’augmentation des griefs : c’est la mesure annoncée par Grégory Doucet lundi 20 septembre pour apaiser ses agents municipaux, selon un communiqué publié le soir même.

Le 2 septembre dernier, 200 agents s’étaient réunis à l’hôtel de ville pour protester contre la loi de transformation de la fonction publique, obligeant les employés des collectivités locales à travailler au moins 1.607 heures par an, soit l’équivalent de 35 heures hebdomadaires, et durcissant l’encadrement du droit de grève.

Rééquilibrer les salaires

Si le maire de Lyon n’est pas revenu sur sa volonté d’appliquer cette loi, il a annoncé qu’il allouerait 6,6 millions d’euros pour revaloriser les salaires de ses agents dès 2022. Sont concernés en majorité les agents de catégorie C, dont les policiers municipaux et auxiliaires de puériculture, qui gagneront entre 90 et 120 euros bruts de plus par mois. Les catégories A et B, les filières dites « féminines » dont les médico-sociales, devraient aussi en bénéficier pour réduire l’écart de salaires entre hommes et femmes, et gagner de 200 à 280 euros mensuels bruts de plus.

Concernant les conditions de travail, la municipalité a annoncé vouloir agrandir la reconnaissance de pénibilité, et compenser la suppression de congés extralégaux par trois RTT par an, en échange de 30 minutes de travail supplémentaire par semaine.