patte blanche pour manger au lycée

Wilfried Lacour

— 

Passer au scanner pour aller manger à la cantine n'est pas du goût de tous les élèves du lycée Lumière (8e). Une vingtaine d'entre eux se sont rassemblés hier à côté de l'établissement pour dénoncer le contrôle biométrique à l'entrée de la cantine. Depuis la rentrée 2006, les lycéens doivent poser leur main sur une borne qui reconnaît le contour et composer un code personnel. « Mon corps m'appartient et personne n'a le droit d'en avoir une partie. Pour moi, c'est du fichage et cela s'installe même dans les maternelles », s'indigne Marie.

Comme elle, deux autres élèves refusent de se soumettre à cette vérification. Conséquence : ils peuvent manger à la cantine grâce à une carte, mais seulement en fin de service. Le syndicat Sud Lycéen et les parents d'élèves de la FCPE ont envoyé une lettre à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) pour déplorer cette situation. Le proviseur Gérard Bournier se dit prêt à « s'adapter si les règles n'ont pas été respectées ». « Avec les cartes à puce de cantines, nous étions confrontés à des problèmes de pertes et de vols. Ce système est plus fiable et plus rapide. Mais nous ne collectons aucune empreinte digitale et les noms des élèves sont effacés en fin d'année », indique t-il. ■