Des amendes salées pour du vin sucré dans le Beaujolais

LYON Les peines sont nettement supérieures aux réquisitions...

20 Minutes Lyon

— 

Le parquet de Villefranche-sur-Saône (Rhône) a réclamé de 700 à 5.000 euros d'amende contre des viticulteurs jugés pour un trafic de sucre destiné à surchaptaliser des vins du Beaujolais, des réquisitions qualifiées de "modérées" par l'un de leurs avocats.
Le parquet de Villefranche-sur-Saône (Rhône) a réclamé de 700 à 5.000 euros d'amende contre des viticulteurs jugés pour un trafic de sucre destiné à surchaptaliser des vins du Beaujolais, des réquisitions qualifiées de "modérées" par l'un de leurs avocats. — Jean-Philippe Ksiazek AFP/Archives

Ils avaient mis trop de sucre dans leur vin. Une cinquantaine de viticulteurs du Beaujolais ont été condamnés hier par le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône à des amendes de 1 000 à 20 000 euros.

Des peines nettement supérieures aux réquisitions du procureur lors de l'audience du 27 janvier. «C'est la stupeur. Ces amendes peuvent les pousser à mettre la clé sous la porte», a déclaré Me Michel Desilets, qui défend 41 des viticulteurs. Certains d'entre eux ont manifesté hier leur intention de faire appel.

Au-delà des quantités autorisées

Ces vignerons avaient chaptalisé leur vin (pratique légale d'ajout de sucre pour augmenter le taux d'alcool) en raison de la forte pluie qui avait marqué le millésime 2004. Mais ils étaient allés au-delà des quantités autorisées.

Deux intermédiaires, qui avaient acheté le sucre au noir à des supermarchés, ont écopé de prison avec sursis et d'amendes de 25 000 et 35 000 euros. Les directeurs des magasins, qui avaient vendu le sucre sans facture, ont eux été condamnés à des peines allant de 4 000 à 15 000 euros d'amendes.