Le quartier s'élève plus lentement à l'est

— 

Si, côté Saône, la première phase de l'opération avance à grand pas, côté Rhône, l'avenir des 24 ha situés entre l'A7 et le cours Charlemagne se dessine lentement. Deux ans après avoir présenté les grandes lignes de cette seconde tranche, censée abriter d'ici à 2015 une halte ferroviaire, des logements, des bureaux, un centre universitaire et une piscine, le Grand Lyon en est toujours à la phase de réflexion.

« Quatre équipes sont en compétition dans le cadre de l'appel à projets. Le lauréat, connu en mai, remettra sa copie en octobre », a précisé hier le président (PS) de la communauté urbaine, Gérard Collomb, lors d'un point sur l'avancement du projet.

Seules réelles nouveautés, ce site principalement occupé par l'imposant marché gare libéré en janvier sera doté, dans la continuité de la place nautique, d'une Grand-Place de la taille d'Antonin-Poncet (2e) et d'un grand équipement culturel. Ce dernier sera bâti près du pont des Girondins destiné à relier le nouveau quartier à Gerland.

Un peu plus au sud, près du pont Pasteur, un second ouvrage réservé au passage du tramway, aux modes de déplacement doux et aux piétons sera construit entre le campus Charles-Mérieux (7e) et les laboratoires de recherche, en projet de chaque côté du fleuve. ■ E. F.