Un expresso à 1 euros, what else ?

Mélanie Collin

— 

Le petit noir se met à l'euro symbolique. Plusieurs bars et restaurants lyonnais proposent à présent leur café à 1 euros, ni plus ni moins. A la Brasserie Deruelle (3e), l'expresso, autrefois à 1,35 euros, est proposé à ce tarif entre 7 h et 11 h depuis la fin janvier. Une idée apparue à son gérant comme la plus adaptée pour lutter contre la désertion de sa salle depuis la loi antitabac. « Beaucoup d'habitués venaient accompagner leur pause cigarette d'un café. Depuis qu'ils doivent sortir pour fumer, la salle est quasi déserte, explique Franck Delorme. Cet hiver, le chiffre d'affaires de la matinée s'est effondré de 40 %. Le nouveau prix du café ne fera pas revenir les fumeurs, mais j'espère qu'il attirera une nouvelle clientèle. »

Franck Buscemi, gérant du bar-restaurant La Carte blanche (1er), a décidé de créer, avec d'autres propriétaires, la Confrérie du café à 1 euros, dont chaque membre bénéficiera d'un autocollant-licence qu'il pourra apposer sur sa vitrine. « Je ne brade pas mon café, simplement, je fais moins de marge dessus. Les clients ne sont pas plus nombreux qu'avant, mais au lieu de boire leur café à la machine du bureau, maintenant, ils le prennent sur place. » Six bars et restaurants lyonnais ont déjà adhéré à la confrérie. ■