Antennes-relais: des parents prêts à saisir la justice contre Bouygues

LYON Ils réclament le retrait d'une antenne implantée à proximité de l'école de leurs enfants...

Elisa Frisullo

— 

Malgré les récentes tentatives d'apaisement de la mairie de Lyon, plus rien ne semble pouvoir empêcher que la polémique sur les antennes-relais ne s'achève devant les tribunaux. Après plus de deux ans de vaine mobilisation pour obtenir le retrait de l'antenne située près de la cour de récréation de leurs enfants, les parents de l'école Gerson viennent de prendre contact avec un avocat lyonnais pour porter l'affaire devant la justice. «Une dizaine de familles sont intéressées pour participer à la procédure», a indiqué hier Franck Heutrey, avocat des parents.

Ces derniers, encouragés par les récentes condamnations d'opérateurs de téléphonie mobile, devraient dès ce mois-ci engager une action auprès du tribunal de grande instance de Nanterre contre Bouygues Télécom, propriétaire de l'antenne incriminée.

Des mesures de fréquence sur les écoles
«Nos enfants ne doivent pas subir les possibles conséquences des incertitudes sur les méfaits des ondes électromagnétiques sur la santé», insiste Stéphanie Torres, membre du Collectif lyonnais des écoles sans antennes.

A force de mobilisation, ce dernier vient d'obtenir de la mairie, jusqu'alors très frileuse sur ce dossier, la réalisation de mesures de fréquences sur cinq écoles de Lyon proches d'une antenne-relais. Ces relevés confiés au Criirem, un organisme indépendant, et à des experts de Bouygues, seront réalisés dès ce soir et jusqu'à vendredi.

La ville a par ailleurs été invitée à intervenir au «Grenelle» sur les antennes qui doit être organisé à Paris dans le courant du mois. «Mais quelles
que soient les avancées espérées, notre action en justice ne sera abandonnée que le jour où l'antenne sera enlevée», préviennent les parents.