Les « rives de Saône » sortent de l'eau

Frédéric Crouzet

— 

Dans le centre historique de Lyon, les quais de Saône vont changer de visage. Un an après sa réélection à la tête de la ville de Lyon, Gérard Collomb (PS), a présenté hier son projet phare des « Rives de Saône », requalification de 25 km de berges du Confluent (2e) à Genay, au nord de l'agglomération. L'aménagement doit permettre la création d'un cheminement cyclable, de nouvelles promenades, l'élargissement de certains bas ports, la construction de haltes fluviales et la réalisation de nouveaux espaces. Avec pour objectif que « les habitants renouent avec leur rivière ».

Parmi les gros travaux en perspective figure le réaménagement du quai Saint-Antoine (2e), entre les ponts Bonaparte et de la Feuillée, avec la construction d'un nouveau parking souterrain sous la chaussée. « On a choisi la solution radicale », admet Gérard Collomb. Il y a quelques mois, le président du Grand Lyon imaginait créer une esplanade gazonnée sur la dalle de l'actuel parking de 815 places, construit en 1971 au ras de la rivière. « Mais les études techniques ont montré que le parking ne pouvait pas supporter une couche de terre ni une foule nombreuse. On a donc choisi de construire un nouveau parc de stationnement sous les voies de circulation puis de démolir l'ancien ». Ces travaux d'envergure, qui nécessiteront un déplacement du marché et provoqueront des tracas de circulation, ne devraient pas débuter avant 2012. En attendant des études plus approfondies et le lancement d'un appel à projet, l'étroite promenade qui borde le parking sera prochainement élargie. En face, le parking Saint-Jean, ouvert en 1973, connaîtra exactement le même sort. Il sera démoli après la construction d'un nouveau parc souterrain. « Mais ce sera dans un prochain mandat », a indiqué Gérard Collomb. Le président du Grand Lyon n'a pas précisé le coût des réaménagements des quais de Saône du centre-ville. ■