Lyon : Le pont de Vernaison en sens unique à partir de mercredi

DEPLACEMENTS Cette mesure sera appliquée tout l’été pour éviter que l’ouvrage ne soit davantage fragilisé, sous l’effet de la chaleur, par le passage des véhicules

C.G.

— 

le pont de Vernaison vers Lyon est le seul ouvrage de la métropole a être surveillé en permanence en raison de sa vétusté.
le pont de Vernaison vers Lyon est le seul ouvrage de la métropole a être surveillé en permanence en raison de sa vétusté. — E. Frisullo / 20 Minutes

A compter de mercredi, la circulation sur le pont de Vernaison ne se fera plus que dans un seul et même sens. L’annonce a été faite ce mardi par la métropole de Lyon, qui assure avoir pris cette décision en concertation avec la préfecture du Rhône. Cette mesure vise à soulager « la charge supportée par la suspension métallique du pont » avant les chaleurs estivales, auxquelles elle est sensible.

L’ouvrage, qui manifeste des signes de vieillissement et d’usure « très prononcés » est placé sous haute surveillance depuis le début de l’année 2019. « En dépit de l’interdiction aux poids lourds, certaines barres d’ancrage continuent de se fragiliser. Sous l’effet de températures plus élevées, un seuil d’alerte pourrait être franchi, obligeant à la fermeture soudaine et définitive du pont », argumente la métropole de Lyon dans un communiqué.

13.000 véhicules par jour

Cette mise en sens unique (dans le sens ouest-est) devrait soulager l’ouvrage d’une partie des 13.000 véhicules qui l’empruntent chaque jour, mais aussi et « surtout éviter l’effet du poids cumulé des véhicules à l’arrêt lorsque le passage à niveau de Vernaison est fermé », ajoute la métropole, consciente que cette solution risque de provoquer des difficultés pour les habitants du secteur et les usagers du pont.

Seuls les cyclistes et usagers des deux roues motorisés pourront emprunter le pont dans les deux sens de circulation. « Si la dégradation de l’ouvrage reste limitée sous l’effet des chaleurs, le double sens pourra être rétabli tout en réduisant les risques grâce à l’installation d’un feu de rétention au pied du pont, côté île de la Table Ronde », conclut la métropole ajoutant que la construction d’un ouvrage pérenne est à l’étude.