La reconversion de Debrousse au point mort

Elisa Frisullo et Frédéric Crouzet

— 

Dans le vaste parc qui entoure l'ancien hôpital pour enfants Debrousse (5e), les herbes folles sont apparues. L'accès à cet imposant bâtiment de brique et d'acier qui surplombe la Saône est désormais interdit par des barrières de tôle. Déserté il y a un an par les Hospices civils de Lyon (HCL), le site semble aujourd'hui à l'abandon. Et il pourrait le rester de longs mois encore. Selon nos informations, le projet de reconversion de l'hôpital en hôtel quatre étoiles, dont les travaux devaient débuter cet été, va prendre un sérieux retard en raison d'un litige financier opposant le propriétaire du site au promoteur immobilier.

En 2007, le groupe Vinci Immobilier avait emporté un appel à projet et accepté de racheter l'ensemble pour 20,8 millions d'euros à l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP). Avec pour objectif d'installer une enseigne hôtelière internationale dans l'hôpital, de construire 140 logements haut de gamme et 38 appartements sociaux dans le parc du domaine. Mais le chèque n'est jamais parvenu à l'AP-HP. « Vinci immobilier a tenté de renégocier le prix, en faisant valoir le contexte économique difficile », confirme Jean-Marc Morin, directeur des affaires juridiques des Hôpitaux de Paris. Pour faire respecter les termes du contrat, ces derniers ont assigné le promoteur devant le tribunal de grande instance de Lyon. L'audience a eu lieu la semaine dernière et le jugement est attendu pour fin mars. Mais quelle que soit son issue juridique, ce conflit a sérieusement retardé le programme, prévu pour être livré en 2011. Il prive également les HCL d'une manne qui devait financer les équipements du nouvel hôpital Mère-Enfants de Bron. Les Hospices civils comptent en effet récupérer 5,6 millions d'euros sur les 20,8 millions de la vente. « Le plus urgent, c'est d'empêcher que le site soit squatté ou dégradé », indique t-on à la mairie de Lyon. L'hôpital a été placé sous télésurveillance. Et la police doit désormais effectuer régulièrement des rondes à Debrousse. ■