Lyon : Les Verts veulent vendre du « REV » en lançant la première autoroute à vélo de l’agglomération

TOUS EN SELLE La métropole et la ville de Lyon viennent d’acter le premier tronçon de REV, réseau express à vélo qui devrait permettre de relier les principales communes de l’agglomération au centre-ville de Lyon d’ici à 2016

Caroline Girardon

— 

A Lyon, les Verts ambitionnent de créer le premier réseau express à Vélo de l'agglomération en réalisant 250 kilomètres de pistes cyclables d'ici à 2026.
A Lyon, les Verts ambitionnent de créer le premier réseau express à Vélo de l'agglomération en réalisant 250 kilomètres de pistes cyclables d'ici à 2026. — Romain Doucelin/ Sipa
  • L’agglomération lyonnaise aura sa première autoroute à vélo d’ici 2026.
  • A terme, 250 kilomètres de pistes cyclables devraient permettre de relier les 59 villes de la métropole au centre de Lyon.
  • Le premier tronçon vient d’être dévoilé.

Un projet « ambitieux mais possible », selon les mots de Bruno Bernard, le président écologiste de la métropole de Lyon. Les Verts, qui ont mis fin l’an dernier à 19 ans de règne Collomb, n’ont jamais caché leur volonté de faire du vélo, la (petite) reine des déplacements afin de réduire sensiblement la part du trafic automobile.

L’objectif, déjà présenté dans leur programme électoral : tripler les trajets à bicyclettes d’ici à 2026 sur l’ensemble du territoire. Pour cela, les Verts viennent de dévoiler une partie de leur « REV », réseau express à vélo, dont la réalisation a été budgétée à 100 millions d’euros. Une première « autoroute à vélo », en d’autres termes, qui comprendra dans un premier temps 250 kilomètres de pistes cyclables permettant de relier les communes de l’agglomération au centre-ville de Lyon. « Un engagement pour la fin des autoroutes urbaines », se félicite Grégory Doucet, le maire de Lyon.

Créer 150 km de pistes cyclables dans les cinq ans

Cent kilomètres existent déjà, il faudra donc en créer 150 dans les cinq prochaines années. Le premier tronçon a été acté vendredi : 17 kilomètres entre Saint-Fons et Vaulx-en-Velin. Dans le détail, le tracé partira de la vallée de la chimie à Saint-Fons, où travaillent actuellement des milliers de personnes, pour rejoindre la Halle Tony Garnier de Lyon, longer les quais du Rhône jusqu’au pont Churchill en empruntant les aménagements déjà réalisés. Il s’agira ensuite de pédaler jusqu’à au campus de la Doua à Villeurbanne, puis de gagner le quartier du Mas du Taureau de Vaulx-en-Velin, qui fera office de terminus, et se connecter ainsi au futur tramway T9.

« C’est un enjeu majeur pour désenclaver les quartiers populaires », se réjouit d’emblée Hélène Geoffroy, la maire PS de la commune. « Le réseau express vélo permettra d’apporter une attention particulière aux habitants les plus fragiles économiquement qui souffrent de précarité de mobilité. C’est une solution de déplacement efficace, bon marché, disponible 24h/24 et 7 jours sur 7 », argumente à son tour Fabien Bagnon, vice-président délégué à la voirie et aux mobilités actives.

Le manque de pistes sécurisées, un « frein à la pratique du vélo »

Pour Bruno Bernard, le « manque d’infrastructures cyclables sécurisées » actuel « est un frein à la pratique du vélo ». Or la demande est là, souligne-t-il, statistique à l’appui : « Hors confinement, la fréquentation cycliste a augmenté de 30 % l’an passé par rapport à l’année 2019. C’est le seul mode dont le nombre de déplacements a augmenté ».

Les futurs aménagements « sécurisés » devraient selon lui, inciter les gens à davantage se mettre en selle. Des travaux d’élargissement des voiries sont déjà prévus, notamment le long des quais du Rhône. Mais aussi dans les communes traversées par ce premier tracé. Ce qui n’est pas sans déjà soulever quelques craintes. « Il n’y a pas la place de faire passer le REV par la grande rue d’Oullins comme c’est prévu, souligne d’emblée Clotilde Pouzergue, la mairie auprès de Rue 89 Lyon. Il est question de mettre les voitures en sens unique, ou de raccourcir les trottoirs mais ça, ça ne me va pas. »

Si la plupart des aménagements sont déjà réalisés pour ce premier tronçon, la question reste de savoir quels sont ceux prévus pour le reste du réseau, qui sera dévoilé en septembre au terme d’une concertation avec les 59 maires de l’agglomération lyonnaise et les associations d’usagers.