un nouveau campement à Lyon ?

— 

Un rendez-vous manqué, mercredi soir à la préfecture, ravive la colère des Don Quichotte. Ces derniers, qui devront finalement attendre la semaine prochaine pour défendre auprès de l'Etat la cause des sans-abri « sans solution », ont adressé, hier, un nouvel ultimatum au préfet du Rhône Jacques Gérault. « Nous espérons que d'ici ce rendez-vous, il n'y aura plus 50 à 130 personnes dont des familles avec enfants à la rue la nuit, comme c'est le cas aujourd'hui, alors que début janvier, la préfecture s'était engagée à leur proposer des nuits d'hôtels », indique l'association. « Mais si rien n'a été fait, nous passerons à l'action », ajoute l'un des responsables des Don Quichotte, Daniel Jacquin, qui, soutenu par sept syndicats du Rhône, a d'ores et déjà lancé un appel à la mobilisation des citoyens pour le 28 février. Ce jour-là, un nouveau campement de sans-abri pourrait être installé à Lyon, comme cela avait déjà été le cas en janvier 2007, place Bellecour. ■ E. F.