motivés même en ordre dispersé

— 

Sans les profs, les étudiants restent mobilisés mais manquent d'organisation. Hier après-midi, 1 200 élèves des trois universités lyonnaises sont de nouveau descendus dans la rue pour soutenir les enseignants-chercheurs, en grève depuis le 2 février, et défendre « l'avenir de l'université ». Les étudiants, qui ont manifesté dans la ville de manière anarchique au lieu du trajet prévu, ont placé le retrait des mesures Pécresse au centre de leurs préocuppations. A savoir la loi LRU sur l'autonomie des facs et les réformes de la formation des maîtres et du statut des universitaires. « Si la majorité des professeurs voient leur charge d'enseignement augmenter au détriment de leurs temps de recherche, nos cours vont en pâtir. Que vont valoir nos diplômes ? », s'alarme Eva, étudiante en sociologie à Lyon-II. Un nouveau rassemblement est prévu ce midi devant le rectorat de Lyon et l'organisation d'une nouvelle manifestation jeudi prochain était évoquée hier dans le cortège. ■ M. C.