Couvre-feu à Lyon : Des traiteurs et restaurateurs bientôt accueillis sur les marchés, le coup de pouce de la mairie

INITIATIVE La mairie écologiste de Lyon a décidé de lancer un appel à candidatures aux commerçants intéressés pour venir faire les marchés afin de soutenir cette profession, contrainte à la fermeture depuis octobre

E.F.

— 

Illustration d'un marché à Lyon pendan l'épidémie de coronavirus.
Illustration d'un marché à Lyon pendan l'épidémie de coronavirus. — C. Girardon / 20 Minutes

Cela ne leur permettra pas de combler le déficit accumulé ces derniers mois en raison des contraintes de fermeture liées au Covid-19. Mais cela pourrait en aider plus d’un à maintenir la tête hors de l’eau. La ville de Lyon a annoncé ce lundi le lancement d’un appel à candidatures à destination des traiteurs et restaurateurs​ volontaires pour venir faire temporairement les marchés.

Au total, soixante-neuf places seront mises à leur disposition sur les trente-trois marchés de la ville. « Malgré la crise, nous travaillons à aider les restaurateurs qui font la fierté de notre territoire en mettant en place des initiatives innovantes, indique dans un communiqué Camille Augey, adjointe lyonnaise à l’économie durable et à l’emploi. Il faut aujourd’hui décloisonner les activités et organiser de nouvelles coopérations pour leur permettre de continuer à travailler malgré les contraintes et les fermetures. »

Les marchés du soir avancés

La mairie écologiste a par ailleurs décidé de modifier les horaires de ses six marchés du soir face à la mise en œuvre du couvre-feu à 18 heures. En concertation avec les forains, il a été décidé d’avancer l’ouverture des stands à 13 heures sauf à Carnot (14 heures). Les commerçants ne pouvant pas s’installer à ces heures-là seront autorisés à ouvrir leurs étals plus tard dans l’après-midi, précise la municipalité, soucieuse de soutenir ces travailleurs indépendants.

« Depuis le début de la crise sanitaire, ils se battent pour rendre accessible des produits frais, locaux et de qualité pour le plus grand nombre, en défendant toute une économie locale. Nous travaillons avec eux à mettre en place des dispositifs innovants qui puissent leur permettre de continuer à travailler », souligne Camille Augey.