Native de la Croix-Rousse, Audrey Apruzzese, stylo à la main, sublime Lyon, son inépuisable source d'inspiration

TRAIT POR-TRAIT « 20 Minutes » s’intéresse aux dessinateurs, illustratrices ou bédéastes dont l’œuvre s’ancre dans un territoire. Pour Lyon, c’est Audrey Apruzzese qui nous a raconté son lien avec la  ville et la façon dont elle s’y prend pour la dessiner

Elisa Frisullo

— 

Audrey Apruzzese est une dessinatrice lyonnaise. Sa source d'inspiration : le patrimoine et l'architecture des villes.
Audrey Apruzzese est une dessinatrice lyonnaise. Sa source d'inspiration : le patrimoine et l'architecture des villes. — Caroline Skadhange
  • Dans la série Trait Port-Trait, « 20 Minutes » suit le trait de crayon de onze dessinatrices, illustrateurs ou bédéastes dont l’œuvre met en avant une ville, un territoire.
  • A Lyon, notre choix (forcément subjectif) s’est porté sur Audrey Apruzzese, une artiste de 39 ans dont les dessins au stylo subliment le patrimoine et l’architecture de la ville.
  • Les Terreaux, Bellecour ou encore la gare de Brotteaux sont passés sous ses coups de crayon, tout comme de multiples bâtiments privés que des particuliers ont souhaité voir dessinés par l’artiste.

Les fenêtres de son atelier donnent sur la place des Terreaux, offrant une vue imprenable sur le musée des Beaux-Arts et l’hôtel de ville de Lyon. Un emplacement idéal pour Audrey Apruzzese qui consacre son travail à l’architecture et au patrimoine de la cité. Cette Lyonnaise de 39 ans fait partie des dessinatrices en vogue à Lyon, une ville qu’elle voit comme une source inépuisable d’inspiration.

« Je suis un bébé lyonnais, je suis née à la Croix-Rousse. J’ai grandi dans cette ville puis j’y ai fait une partie de mes études en histoire de l’art », confie l’artiste à 20 Minutes. Puis elle rejoint Saint-Etienne, où elle suit un cursus en pratiques artistiques et file aux Beaux-Arts de Salamanque en Espagne. Une fois ses études achevées, revenir à Lyon est une évidence. « Je suis très attachée à cette ville, il y a une synergie de choses intéressantes. Lyon est un bijou architectural aux multiples influences : renaissance, italienne, haussmannienne ».

Audrey Apruzzeze est illustratrice à Lyon, où elle a créé Dessin de ville pour les entreprises, les particuliers ou encore les institutions.
Audrey Apruzzeze est illustratrice à Lyon, où elle a créé Dessin de ville pour les entreprises, les particuliers ou encore les institutions. - E. Frisullo / 20 Minutes

Son retour dans la ville des Lumières marque un tournant pour la jeune femme, qui se destinait jusqu’alors à l’enseignement. « J’aime la transmission. Mais après sept années d’études, je ne me voyais plus rester à l’école », ajoute cette brune pétillante, qui a réussi à allier sa passion pour l’architecture à son besoin de contacts humains. « Je suis une fille de terrain, d’action. J’avais envie d’aller à la rencontre des gens et la volonté de créer un art appliqué au service des autres », souligne la Lyonnaise. Sa fibre entrepreneuriale la pousse à créer en 2016 Dessin de ville, une structure destinée « à valoriser » l’architecture et le patrimoine, les édifices publics et bâtiments privés. Lyon est son terrain de jeu favori.

Un dessin au stylo en « one shot »

Pour chacune de ses œuvres, elle se rend sur place pour s’imprégner des lieux et photographie le site. De retour dans son atelier, elle crayonne avec précision le monument ou la demeure choisie. « Je reste exacte sur les proportions. C’est important pour raconter le patrimoine ». Une fois l’esquisse achevée, elle laisse libre court à sa liberté d’artiste. Son stylo bleu à la main, elle dessine et achève son œuvre. « C’est un dessin en one shot, à la main, il n’y a aucun retour en arrière possible. C’est un défi que j’aime relever », raconte Audrey, dont les clients sont d’horizons multiples.

La jeune femme travaille sur commande aussi bien pour des institutions et des entreprises, qui veulent mettre en avant leur bâtiment ou leur site, que pour des particuliers, soucieux de voir sublimer leur demeure par l’artiste « Ce qui me fait plaisir, c’est ce que va déclencher mon dessin chez les gens. Un souvenir, une émotion. En racontant un bâtiment, on raconte une histoire. »

Audrey Apruzzese, Lyonnaise de 39 ans, souhaite valoriser le patrimoine et l'architecture à travers ses dessins.
Audrey Apruzzese, Lyonnaise de 39 ans, souhaite valoriser le patrimoine et l'architecture à travers ses dessins. - Caroline Skadhange

Mais pas question pour la jeune femme de faire de ses dessins des œuvres élitistes. « Le territoire appartient à tous. Mon éducation et mes origines méditerranéennes m’ont inculqué les valeurs d’hospitalité et de partage. On ne peut pas produire ce que l’on n’est pas », estime-t-elle, soucieuse de réaliser de « belles prestations accessibles à tous ». Ces dernières années, les plus prestigieux monuments et sites lyonnais, à l’instar de la place Bellecour, du Grand Hôtel-Dieu, du palais de justice ou encore la place Sathonay, sont passés sous ses coups de crayons. Des dessins vendus en de multiples formats, de la grande toile unique ou numérotée (environ 1.500 euros) à la carte postale (6 euros), en passant par l’affiche (39 euros) ou le tote bag.

« J’aime cette idée qu’un enfant puisse avoir sa carte postale et un Pdg un grand tableau dans son bureau ». Ses dessins, vendus sur son site, sont également proposés dans différentes boutiques lyonnaises, comme Hyppairs (1er), un lieu de vie et de shopping inspiré du voyage. Pour la suite, la jeune femme ne manque pas d’idées. Après Lyon, l’artiste aimerait faire rayonner d’autres villes françaises et internationales. La première d’entre elles sera Paris, où elle a réalisé il y a un an un shooting photo pour raconter la capitale en dessins.

« Mais depuis, j’ai enchaîné le travail à Lyon, je n’ai pas encore trouvé le temps de m’y plonger », s’amuse l’illustratrice, dont la fin d’année s’annonce tout aussi chargée. Du 11 décembre au 3 janvier, elle sera exposée au pop up store installé dans la cour du midi du Grand Hôtel-Dieu. Un rendez-vous qu’elle attend avec impatience pour s’adonner à l’une de ses activités favorites : le partage avec le public.