Lyon : L'alerte à la pollution maintenue, la circulation différenciée aussi

PARTICULES FINES Depuis dimanche, le bassin lyonnais est en proie à un épisode de pollution aux particules fines, dû en grande partie aux chauffages à bois défectueux

Elisa Frisullo

— 

Lyon et son nuage de pollution. (archives)
Lyon et son nuage de pollution. (archives) — KONRAD K./SIPA

L’alerte, en vigueur depuis dimanche, est toujours en cours. Vendredi, la circulation différenciée est maintenue dans la métropole de Lyon en raison de l’épisode de pollution aux particules fines en vigueur dans le bassin lyonnais et le nord Isère depuis le 22 novembre, a indiqué à 20 Minutes la préfecture.

Cette pollution, particulièrement visible ces derniers jours en regardant l’horizon, « est due majoritairement au chauffage, notamment aux systèmes non performants alimentés en bois », rappelle Atmo Auvergne Rhône-Alpes. Le trafic automobile, en baisse avec le confinement, n’y contribue, dans la grande région, qu’à environ 15 %, alors que la part du secteur résidentiel est de l’ordre de 55 %, poursuit l’observatoire de la qualité de l’air.

Les sans vignette et Crit’Air 4 et 5 exclus du périmètre

Comme c’est le cas depuis mardi et même si l’information est peu mise en avant par les autorités, seuls les véhicules dotés de la vignette Crit’AIR 0, 1, 2 et 3 sont autorisés à circuler dans le périmètre concerné. Une zone qui englobe Lyon, Villeurbanne et Caluire-et-Cuire, en dehors des grands axes de circulation, à l’instar du tunnel sous Fourvière, l'A6/A7, les périphériques… Sur les axes où la vitesse autorisée est supérieure ou égale à 90 km, la vitesse doit être réduite de 20 km/h. Sur les routes à 80 km/h, la vitesse est limitée à 70, rappelle la préfecture du Rhône.

Après une légère baisse des particules constatée dans le bassin lyonnais, une nouvelle hausse des concentrations pourrait être observée vendredi, en raison des conditions météorologiques stables empêchant la bonne dispersion des polluants.

Durant l’épisode de pollution, le stationnement résident est gratuit à Lyon. Mais cette fois-ci, les TCL n’ont pas mis en place leur tarification spécialement prévue les jours de pollution, à savoir le Tick’Air, un billet à 3 euros par jour destiné à favoriser l’utilisation des transports en commun.